page 61 / toutes les vidéos Théâtre et danse

La Faculté de Christophe Honoré, par Eric Vigner à Avignon

Ils ont entre dix-sept et vingt ans, se croisent, se parlent, se mentent, s’ignorent, se défient, se droguent et font l’amour. Ils ont leurs territoires : la cité ou le lotissement, le terrain de foot, la faculté.Les codes fonctionnent, les interdits sont dans les non-dits, jusqu’au jour où la tragédie meurtrière vient troubler l’état des choses, faisant exploser les conflits, bouleversant le fragile équilibre de leur microsociété. Meurtre raciste ? Crime sexuel ? Tragédie, quoi qu’il en soit, telle qu’on l’entend dans la Grèce antique, qui traverse la fratrie, qui oppose la loi commune à la loi de la famille. Sous la plume de Christophe Honoré, ces personnages du quotidien deviennent les héros d’un affrontement qui les dépasse et les oblige à s’avouer l’inavouable. C’est ce théâtre d’aujourd’hui, toujours en relation avec celui des origines, qu’Éric Vigner met en scène avec les comédiens de l’Académie, ces jeunes acteurs venus d’ici et d’ailleurs, dignes représentants de la «jeunesse du monde». Un théâtre laboratoire où «la parole métissée» de Christophe Honoré, tout à la fois poétique et concrète, ne reculant jamais devant la crudité, rend compte de la complexité des désirs amoureux, de la peur de la différence, de la violence d’une société troublée menaçant de se désagréger. C’est avec des corps extrêmement vivants et habités d’une parole forte qu’Éric Vigner occupe le plateau du théâtre. Pour un portrait vif et sans fard, qui tient autant du drame que du pamphet.

Festival d'Avignon

"Very Wetr !" au Festival d'Avignon 2012

Le Bourgeois Gentilhomme de Molière

Le Bourgeois Gentilhomme vu par Denis Podalydès.Le paradoxe du Bourgeois Gentilhomme tient à ce qu’on y réunit et célèbre les Arts au profit d’un homme qui écoute, voit et pratique les plus belles choses, sans jamais y rien entendre. Non par bêtise. Il est comme forcé à l’ignorance, car il ne peut être celui qu’il voudrait devenir, le propre d’un homme de qualité étant de l’être par nature et non de l’apprendre par science ou maîtrise.Étant un bourgeois, Monsieur Jourdain entend acquérir les manières des gens de qualité.Il décide de commander un nouvel habit plus conforme à sa nouvelle condition et se lance dans l'apprentissage des armes, de la danse, de la musique et de la philosophie, autant de choses qui lui paraissent indispensables à sa condition de gentilhomme.Il courtise Dorimène, amenée sous son toit par son amant, un comte autoritaire, qui entend bien profiter de la naïveté de Monsieur Jourdain et de Dorimène. Sa femme et Nicole, sa servante, se moquent de lui, puis s'inquiètent de le voir aussi envieux, et tentent de le ramener à la réalité du prochain mariage de sa fille Lucile avec Cléonte. Mais ce dernier n'étant pas gentilhomme, Monsieur Jourdain refuse cette union. Cléonte décide alors d'entrer dans le jeu des rêves de noblesse de Monsieur Jourdain, et avec l'aide de son valet Covielle, il se fait passer pour le fils du Grand Turc. Il obtient ainsi le consentement de Monsieur Jourdain, qui se croit parvenu à la plus haute noblesse après avoir été promu « Mamamouchi » lors d'une cérémonie turque burlesque organisée par les complices de Covielle.

Festival d'Avignon

Avignon, cour d'honneur et champs de bataille - Documentaire

Festival d'Avignon

Le vent souffle dans la cour d'honneur - Documentaire

Festival d'Avignon

Sujets à vif - Avignon 2012 - "Curtain"

Festival d'Avignon

Sujets à vif - Avignon 2012 - "Projet Luciole"

Festival d'Avignon

Puz/zle par Sidi Larbi Cherkaoui - Avignon 2012

La Place Royale de Corneille, mis en scène par Eric Vigner

Le 3 octobre 2010, Éric Vigner créait l’Académie : une «petite démocratie» regroupant sept jeunes acteurs français et étrangers, visant à former à la fois un espace de transmission, de recherche et de production théâtrale.Scellant l’acte de naissance de l’Académie, La Place royale de Pierre Corneille ouvre la saison du Théâtre de Lorient en opérant une sorte de retour aux sources. C’est en effet à cette comédie, déjà, qu’Éric Vigner s’attaquait à la fin de ses études au Conservatoire, en 1986, y dirigeant sept acteurs de sa promotion (parmi lesquels Denis Podalydès).Cette pièce de jeunesse sur la jeunesse a été écrite par Corneille en 1634, à l’âge de 28 ans, deux ans avant L’Illusion comique — pièce qu’Éric Vigner avait choisi de présenter pour l’ouverture du CDDB en 1996—, et trois ans avant qu’il n’abandonne la comédie pour se tourner vers le genre tragique. Sous-titrée «L’amoureux extravagant », La Place royale conte les atermoiements d’Alidor, qui aime Angélique, sans toutefois pouvoir se résoudre à l’idée d’un mariage qui signifierait la perte de sa liberté.Dans ce spectacle où la beauté visuelle propre aux mises en scène d’Éric Vigner prend une tournure baroque, où l’on retrouve le soin qu’il apporte au texte et son incarnation, les alexandrins de Corneille se frottent aux accents des jeunes comédiens de l’Académie. Cela n’en souligne que mieux la modernité de cette pièce qui marque la naissance du héros cornélien, brillante et réjouissante méditation sur l’amour et la liberté, et la façon dont l’amour peut faire échec à l’amour.

Roman d'un trader de Jean-Louis Bauer au Théâtre de Nice

Le roman d’un trader décortique certains ressorts de la haute finance. « Mon devoir de metteur en scène en contact immédiat avec le monde était de monter un spectacle qui aborderait l’arrogance financière et la pulsion de mort qui agitent le système capitaliste » précise Daniel Benoin, directeur du Théâtre National de Nice.La pièce raconte le week-end de panique d’une grande banque où le directeur général apprend qu’un jeune trader a joué 25 milliards, et qu’il n’y a plus assez de liquidités pour purger l’affaire en douceur.Après avoir cherché en vain l’appui du gouvernement, le directeur général veut sauver sa tête à tout prix...

Molières - Coups de théâtre sur France Télévisions

Le Technicien d'Eric Assous au Théâtre de Propriano

Trisha Brown à l'Opéra de Lyon

La chorégraphe américaine réunit deux œuvres marquantes : Newark et For MG : The Movie. Newark est pour beaucoup une des grandes pièces de Trisha Brown que l’on (re)découve ici. For MG : The Movie est une façons de saluer Michel Guy qui avait soutenu en son temps les avant-gardes américaines.Newark / 1987La chorégraphie de Newark est bâtie à partir de duos qui glissent, se croisent, s’échangent, utilisant « la différence entre force et puissance masculine, et fluidité du mouvement féminin ». Découvrant la pièce et son auteur, Jérôme Fumet écrivait à la création : « Tout paraît simple, un peu ascétique, formel. […] Cette danse n’est pas hautaine, elle nous concerne par un témoignage d’espérance. Tendus comme des arcs, les danseurs jouent sans cesse d’architectures en porte-à-faux. Mais une logique impénétrable, comme un code secret, fait tourner leurs astrolabes. Et nous sommes pris dans l’évidence de ce mouvement nécessaire. » For M.G : The Movie / 1991Hommage à Michel Guy, mort en 1990, For M.G : The movie développe des motifs très simples comme la course, les changements d’appuis, dans un mouvement continu. “Ici l’élan irrépressible d’une course, corps lancé dans la propulsion de sa propre masse, s’oppose à la fixité d’un danseur pivot, fonctionnant comme un pôle magnétique dans le champ dispersé d’une chorégraphie de la disjonction.“

36e Festival du cirque de Monte-Carlo

Du 19 au 29 janvier 2012, les passionnés de cirque se sont donnés rendez-vous pour fêter la 36ème édition du festival.Depuis sa création en 1974, par Le Prince Rainier III de Monaco, le Festival International du Cirque de Monte-Carlo s’est inscrit parmi les plus prestigieuses manifestations mondiales.Aussi important que les Oscars au cinéma, le Clown d’Or est la récompense tant convoitée de ce Festival et du monde du cirque.Organisé et présidé par S.A.S. la Princesse Stéphanie de Monaco, retransmis dans le monde entier, le Festival présente chaque année une sélection des meilleurs numéros internationaux qui attirent de très nombreux spectateurs.

36e Festival du cirque de Monte-Carlo (version courte)

Du 19 au 29 janvier 2012, les passionnés de cirque se sont donnés rendez-vous pour fêter la 36ème édition du festival.Depuis sa création en 1974, par Le Prince Rainier III de Monaco, le Festival International du Cirque de Monte-Carlo s’est inscrit parmi les plus prestigieuses manifestations mondiales.Aussi important que les Oscars au cinéma, le Clown d’Or est la récompense tant convoitée de ce Festival et du monde du cirque.Organisé et présidé par S.A.S. la Princesse Stéphanie de Monaco, retransmis dans le monde entier, le Festival présente chaque année une sélection des meilleurs numéros internationaux qui attirent de très nombreux spectateurs.

Suresnes Cités Danse 2018

Suresnes Cités Danse 2012 : les 20 ans

Havana Danza !

Un mélange éclectique de danse contemporaine fondu à des modèles d’afro-caraïbe et d’Espagne.Cuba produit aujourd’hui les meilleurs danseurs du ballet contemporain et aujourd’hui, ceux-ci, s’exécutent autour du globe, en imposant les normes de l’excellence, tant du point de vue des professeurs, que comme interprètes. Les territoires qu’explore cette compagnie, "Danza", sont uniques et passionnants.En 2010 « Danza Contemporanea De Cuba » a célébré ses 50 années de création : et pour la première fois ils se sont lancés dans une grande tournée européenne: Angleterre, Espagne, Portugal, Pologne…Rarement vu en dehors de Cuba, cette compagnie de 21 danseurs apporte la chaleur et la passion de Cuba, avec un mélange éclectique de danse contemporaine fondu à des modèles d’afro-caraïbe et d’Espagne.Pour cette première au théâtre national de La Havane, le programme comporte quatre pièces : Démo&Crazy de Rafael Bonachela Folia de Jan Linkens, Carmen de Kennetth Kvamström et Mambo 3XXI de George Cespédes. CARMENChorégraphe Kennetth KvamströmMusique R. Schredin, G. Bizet FOLIAChorégraphe Jan LinkensMusique G. Faidit, A. Martin, G. Koehne DEMO-N/ CRAZYChorégraphe Rafael BonachelaMusique Bebe, J. Wolfe, E. Morente MAMBO 3 XXIChorégraphe George CespédesMusique Berny Moré / Nacional Electronica

Grand fracas issu de rien au Théâtre du peuple 2011

Pierre Guillois conserve la folie de ses pièces et ajoute une dose d'inattendu, sur des textes de Valère NovarinaJongleurs de mots et d'objets, soprano colorature déjantée et gymnaste de haut niveau font des prouesses sur des airs de Purcell ou Bernstein.Du merveilleux, des larmes, du rire Théâtre, chant, acrobatie s’amourachent et s’enlacent. Ici un jongleur des mots, là un dresseur de balles et une hystérique soprano, là-bas un athlète assez costaud. Tous s’en donnent à cœur joie, exhibent leur faconde, leur talent, leurs biscotos. Ils visent le vertige, cherchent les frissons, quêtent l’ébahissement. Seuls les comas ne sont pas garantis !Reportage France 3 sur Grand fracas issu de rien Qu'est-ce que le Théâtre du peuple ?Le théâtre se tient en plein cœur de la forêt vosgienne, dans le village de Bussang. Le bâtiment, pensé à la fin du XIXème siècle par Maurice Pottecher, fils et petit fils d’industriels, ressemble à une ancienne scierie. Sa construction date de 1895 et est classée monument historique depuis 1976. Sa devise, inscrite de part et d’autre de la scène, est « Par l’art pour l’humanité ». Celle-ci symbolise la vocation humaniste et populaire du théâtre. Maurice Pottecher a souhaité un théâtre novateur, proche du public, qui gomme les clivages sociaux et culturels. L’interprétation des rôles est confiée aussi bien à des professionnels qu’à des amateurs. En 2015, le théâtre fête ses 120 ans ! En savoir davantage.

Festival d'Avignon

"Mademoiselle Julie" au Festival d'Avignon 2011

Electro-Kif de Blanca Li à la Cigale

Avec cette création montée dans le cadre du festival Suresnes Cité Danse en 2011, Blanca Li investit l'Electro Dance !France O révèle Electro-Kif, spectacle qui s'est tenu à la Cigale, crée dans le cadre du festival Suresnes Cité Danse en 2011. Blanca Li orchestre et met en scène un show sur le mode éléctro.Après Macadam Macadam, dont le succès avait ouvert de nouveaux espaces de représentation au hip-hop, et plus récemment Quel Cirque ! pour le Collectif Jeu de Jambes, pionnier du jazz-rock en France, Blanca Li poursuit sa mise en scène des formes de la “street culture” en investissant l’Electro Dance.Il y a des rencontres qui sonnent comme d’excitants défis, et donnent un coup d’accélérateur à l’imagination. Avec Elektro Kif, la chorégraphe se plonge à nouveau dans l’univers de la danse urbaine, sa diversité stylistique, son inventivité créative constamment renouvelée.Aujourd’hui Blanca Li fait sortir la « danse electro » de la performance pure pour l’installer sur la scène d’un théâtre, au travers d’un projet chorégraphique contemporain.« J’ai toujours aimé l’exercice stimulant et inventif de soumettre une de mes créations à une contrainte musicale ou gestuelle pourvoyeuse de sens et de créativité, de faire naître un spectacle à la frontière de différents univers, susceptible de renouveler des genres a priori cloisonnés. » (Blanca Li)

Un pied dans le crime de Labiche au Théâtre de la Criée

[REPLAY] Philippe Torreton et Dominique Pinon au top pour servir le croustillant texte de Labiche !Messieurs Gaudiband et Blancafort sont des voisins ennemis. Ils se sont déclarés la guerre pour des questions de noisetiers aux feuillages envahissants, de chats dont les miaulements sont insupportables, de statues antiques trop dénudées, de pigeons barbares…Un ami de Gaudiband, le sieur Gatinais, va s’employer à régler ce grave conflit. Pour se débarrasser du chat miauleur, Gatinais s’empare discrètement du fusil de son ami et tire dans l’obscurité sur l’animal. C’est alors que le chat s’écrie : « Ah ! sapristi ! » Gatinais aurait-il tué un homme ? On parle d’une tentative de meurtre ! Son ami Gaudiband est accusé du crime à sa place ! Gatinais est effondré, mais se tait. C’est alors qu’il apprend qu’il est nommé juré au procès. Sa vie devient un enfer…
plus de vidéos