page 64 / toutes les vidéos théâtre et danse

toutes les vidéos tous les programmes

Guantanamo de Frank Smith par Eric Vigner à Lorient

En 2006, au nom de la liberté d’information, l’administration américaine rendait publics trois cent dix-sept contre-interrogatoires de prisonniers suspectés de terrorisme, et détenus dans le centre de détention installé par les États-Unis à Cuba au lendemain du 11 septembre.Frank Smith s’en est emparé pour en faire une succession de « récitatifs » : une litanie de témoignages et de noms égrenés dans une langue neutre, sans apparente volonté de juger. Évoluant entre théâtre, travail sonore et installation plastique, Éric Vigner et l’Académie mettent à nu cette implacable logique rhétorique dans une pièce créée au Centre Dramatique National d’Orléans.

Le gros, la vache et le mainate au Théâtre du peuple 2010

"Opérette barge", le sous-titre de la pièce parle de lui-même : un spectacle qui fait rireAu Théâtre du peuple, voici une comédie musicale menée par un homme qui tombe enceint, deux tatas irascibles, un bébé qui dégoûte tout le monde et un oiseau de malheur. Un spectacle structuré comme un cabaretLe spectacle est sous-titré "opérette barge" mais tient en fait davantage du cabaret (voir l'explication de theatreonline). L'histoire suit en effet un semblant de trame mais comprend avant tout chansons, french cancans, bruitages, animaux dressés, strip-teases ; entraînant le spectacteur dans un grand tourbillon. De petites grivoiseries en vraies plaisanteries, le spectacle pousse les limite de la fantaisie à coup de pirouettes. "On n'a pas ri autant depuis des lustres !" selon l'Express (voir toutes les critiques de presse).   Extrait de la pièceTante Chose — Il a raté sa mort.Tante Schmurtz — C’est peu de le dire !Tante Chose — Une mort comme ça, comment vous dire… Ça ne donne pas envie de mourir.Reportage France 3 sur la pièceQu'est-ce que le Théâtre du peuple ?Le théâtre se tient en plein cœur de la forêt vosgienne, dans le village de Bussang. Le bâtiment, pensé à la fin du XIXème siècle par Maurice Pottecher, fils et petit fils d’industriels, ressemble à une ancienne scierie. Sa construction date de 1895 et est classée monument historique depuis 1976. Sa devise, inscrite de part et d’autre de la scène, est « Par l’art pour l’humanité ». Celle-ci symbolise la vocation humaniste et populaire du théâtre. Maurice Pottecher a souhaité un théâtre novateur, proche du public, qui gomme les clivages sociaux et culturels. L’interprétation des rôles est confiée aussi bien à des professionnels qu’à des amateurs.En 2015, le théâtre fête ses 120 ans ! En savoir davantage.

Peau d'âne d'Olivier Tchang-Tchong au Théâtre du peuple 2010

Une interprétation du conte de Perrault par Olivier Tchang-Tchong, dans la veine de Freud et plus loin encore À l'origine, les contes de Perrault ne s'adressaient pas aux enfants. On le comprend d'autant mieux dans ce Peau d'âne, métaphore de la sortie de l’adolescence et du complexe d’Œdipe, qu'Olivier Tchang-Tchong reprend sans tabous. L'histoire originelle de Peau d'ânePeau d’âne est un conte populaire dont la version la plus connue est celle de l'écrivain Charles Perrault. À la veille de sa mort, l’épouse d’un roi fait promettre à son époux de n’épouser en seconde noce qu'une femme plus belle qu'elle. La seule personne qui rivalise avec sa beauté est sa fille. Le roi demande donc sa fille en mariage. Pour échapper à cette union incestueuse et sur les conseils de sa marraine la fée, la princesse met toute son imagination en œuvre pour dissuader son père. Elle pose des conditions toujours plus folles, dont le sacrifice d'un âne merveilleux qui produit des écus d'or, mais le roi exécute toujours ses demandes. La princesse s'enfuit alors du château et rencontre un prince...La relecture du conte par Olivier Tchang-Tchong au Théatre du peuple Comme l'explique Olivier Tchang-Tchong, son texte s'inspire du conte originel de Charles Perrault tout en y étant infidèle. Il fait cheminer son héroïne de l'enfance à l'âge adulte, sous forme d'un parcours initiatique qui l'emmène jusqu'à son prince. Pourquoi a-t-il choisi de donner ce spectacle au théâtre de Bussang ? "Car "ce théâtre est une forteresse qui pourrait abriter une princesse, un roi, une fée, un prince." [...] Parce que nous avons tous une chose en commun qui nous rassemble : l’enfance. [...] Ce théâtre porte en lui le caractère sacré que je recherche, pour mon conte, sombre et mystérieux." Extrait du conte Le roi : Je serai son père, je serai son guide, je serai son mentor, je serai son époux.La marraine : C’est interdit.Le roi : Qu’est-ce qui est interdit ?La marraine : D’épouser sa filleLa bande annonce du spectaclehttps://youtu.be/LuZQ9S24bEcQu'est-ce que le Théâtre du peuple ?Le théâtre se tient en plein cœur de la forêt vosgienne, dans le village de Bussang. Le bâtiment, pensé à la fin du XIXème siècle par Maurice Pottecher, fils et petit fils d’industriels, ressemble à une ancienne scierie. Sa construction date de 1895 et est classée monument historique depuis 1976. Sa devise, inscrite de part et d’autre de la scène, est « Par l’art pour l’humanité ». Celle-ci symbolise la vocation humaniste et populaire du théâtre. Maurice Pottecher a souhaité un théâtre novateur, proche du public, qui gomme les clivages sociaux et culturels. L’interprétation des rôles est confiée aussi bien à des professionnels qu’à des amateurs.En 2015, le théâtre fête ses 120 ans ! En savoir davantage.

Bonté divine ! de Frédéric Lenoir et Louis-Michel Colla

A la suite d'une rencontre inter religieuse, un prêtre, un rabbin, un iman et un bonze bouddhiste se retrouvent mystérieusement enfermés dans une petite pièce... sans communication possible avec l'extérieur.Les auteurs ont choisi la forme humoristique et vivante de la comédie pour traiter un sujet grave : la foi et le doute. Une pièce qui permet aussi d'aborder nombre de questions que chacun se pose sur Dieu et les religions, à commencer par la plus actuelle : pourquoi autant de discordes entre les croyants des trois grandes traditions monothéistes puisqu'ils croient au même Dieu ?

Empreintes / On posera les mots après

DeLaVallet Bidiefono interroge les fondements de son engagement pour la danse.Empreintes : traces du passé, de ses racines, de sa culture qui, bien que mises à mal, restent chargées. Il porte une danse très physique où affleurent les rythmes puissants de la tradition. Dans une atmosphère évoquant les nuits de Brazzaville, il donne une voix à cette jeunesse de la galère qui s’est faite contre et malgré tout. Entre énergie et transe : l’énergie de Brazzaville, c’est ça, un mélange de vitalité fonceuse transpercée par des accès nerveux. Une urgence vitale à redonner du sens.

Rosmersholm d'Henrik Ibsen au Théâtre de la Colline

Johannes Rosmer, propriétaire du Manoir de Rosmersholm et ancien pasteur, est le dernier représentant d’une famille ancienne et respectée.Sa femme Beate s’est suicidée un an plus tôt, désespérée de ne pouvoir lui donner d’enfant. Un jour, une jeune femme du nom de Rebekka West réussit à s’introduire à Rosmersholm. Rosmer s’éprend d’elle et tout son univers s’en trouve bouleversé, d’autant plus que des secrets jusque là enfouis refont surface…

Un cœur mangé au Théâtre du peuple 2009

"Ce projet est conçu pour le Théâtre du peuple et son utopie d’un théâtre pour tous." Pierre Guillois Une fable chevaleresque et burlesque qui parle de la première croisade, d'adultère et de Dieu. Une représentation de l'histoire qui ne s'arrête pas à la glorification du passé mais s'interroge sur des enjeux humains individuels. Le spectateur d'aujourd'hui peut s'y identifier. Une fable historique et humaine, empreinte d'une distance ironique Vers l'an mil, un chevalier part pour la première croisade et délaisse sa femme dans son château. Cette épouse, restée seule, bouillone de colère et finit par le tromper. Le mari, quant à lui, erre, cherche sa croyance, expérimente les carnages de la guerre sainte et entame un long voyage vers la folie. Un théâtre réaliste pour tousAutour de cinq comédiens professionnels, une dizaine de comédiens amateurs et de jeunes issus de quartiers défavorisés s'essaient à la scène. Les animaux sont également les bienvenus sur les planches du théâtre de Bussang : un dromadaire, des chevaux montés et des chiens. Découvrir le documentaire sur le théâtre de Bussang et "Un cœur mangé". Qu'est-ce que le Théâtre du peuple ?Le théâtre se tient en plein cœur de la forêt vosgienne, dans le village de Bussang. Le bâtiment, pensé à la fin du XIXème siècle par Maurice Pottecher, fils et petit fils d’industriels, ressemble à une ancienne scierie. Sa construction date de 1895 et est classée monument historique depuis 1976. Sa devise, inscrite de part et d’autre de la scène, est « Par l’art pour l’humanité ». Celle-ci symbolise la vocation humaniste et populaire du théâtre. Maurice Pottecher a souhaité un théâtre novateur, proche du public, qui gomme les clivages sociaux et culturels. L’interprétation des rôles est confiée aussi bien à des professionnels qu’à des amateurs.En 2015, le théâtre fête ses 120 ans ! En savoir davantage.
plus de vidéos