page 40 / toutes les vidéos théâtre et danse

toutes les vidéos tous les programmes

Les Contes d'Hoffmann

Dans une taverne à Nuremberg, non loin du théâtre lyrique où se joue «Don Giovanni», de Mozart. Hoffmann, de fort méchante humeur car il a reconnu en la personne de la prima donna, Stella, une femme qu'il a aimée autrefois, s'irrite de voir dans l'assistance son mauvais génie, Lindorf. Il accepte néanmoins de raconter les trois grandes amours de sa vie. Le premier objet de sa flamme, Olympia, était une poupée mécanique, mais Hoffmann ne s'en est avisé que tardivement, lorsqu'elle se brisa d'avoir trop chanté. Sa deuxième passion, Antonia, quoique pulmonaire, avait une voix merveilleuse ; mais, à trop solliciter son mélodieux organe, elle en mourut, elle aussi. Giulietta, pour laquelle il brûla enfin, accepta, pour le prix d'un diamant, de capturer l'âme et le reflet d'Hoffmann...
accès à : MEF - opéra costume

Midi en France

À l'opéra de Tours, les costumières s'affairent

Columbo Meurtre sous prescription

L'inspecteur Columbo : tout le monde connaît son nom, son fameux imperméable et même quelques-unes de ses répliques cultes... Ce que l'on ignore souvent, c'est qu'avant d'être incarné par Peter Falk dans le célèbre feuilleton éponyme, « Columbo » était à l'origine le personnage d'une pièce de théâtre qui connut un véritable triomphe à Broadway dans les années 1970 ! Dans une nouvelle adaptation, jouée jusqu'en janvier dernier au Théâtre Michel à Paris, Martin Lamotte s'est glissé dans l’imperméable fripé du célèbre lieutenant de Los Angeles. Tout y est : les allusions à sa femme, à son chien apathique, sans oublier les inoubliables « petits détails qui le chiffonnent »... Lamotte incarne à la perfection (sans singer la gestuelle de Peter Falk) la psychologie du lieutenant, dans un moment inédit : le premier épisode de la série à succès, « Prescription Murder » (« Meurtre sous prescription » en français). Savoureux.  « Quand je vais dire ça à ma femme... »  SynopsisL'éminent psychanalyste Roy Flemming pense avoir réalisé le crime parfait, en assassinant son épouse avec la complicité de sa maîtresse. C'était sans compter sur la perspicacité de Columbo, qui traque le moindre petit détail dans sa quête de vérité...

Molières - Coups de théâtre...

Théâtre : Fleur de cactus

La Favorite

Immersion au XIVe siècle en Espagne, entre Saint-Jacques de Compostelle et Séville. La courtisane Leonor, «favorite» du roi de Castille Alphone XI, tombe amoureuse de Fernand, un jeune capitaine dont les faits d'armes qui l'opposent aux Maures, sont célébrés dans tout le royaume. Ce dernier est également submergé par ses sentiments pour la belle Leonor. Le chassé-croisé amoureux se complique, car le roi de Castille est prêt à renoncer au trône pour vivre son amour au grand jour. Avec cette mise en scène, Vincent Boussard dévoile la version d'origine en langue française de cet opéra teinté du lyrisme italien et imaginé par Gaetano Donizetti au XIXe siècle.

Gigi

L'avenir de Gigi, 16 ans, semble tout tracé. C'est du moins l'idée que se font sa mère, sa tante et sa grand-mère. L'affaire est entendue, Gigi sera une demi-mondaine, l'une de ces créatures entretenues qu'on admire dans les gazettes à scandales et qu'on désire dans les salons distingués. Les trois femmes tentent d'inculquer à l'adolescente toutes les règles de l'art. Parallèlement, elles ne reculent devant rien pour convaincre Gaston, le riche et beau magnat du sucre, d'installer leur parente dans son hôtel du Parc Monceau. Or, Gigi n'en a cure. Gaie, impulsive, curieuse et intelligente, elle n'est pas du tout disposée à se laisser dicter sa conduite. Pour elle, seul le grand amour compte...

La Flûte enchantée

Dans un site sauvage. Le prince Tamino, poursuivi par un serpent gigantesque, appelle à l'aide. Il est sauvé par trois fées, en admiration devant le jeune homme qui s'est évanoui. Revenu à lui, Tamino trouve à ses côtés un oiseleur, Papageno, portant une cage et jouant de la flûte de Pan. Les fées ne tardent pas à réapparaître et remettent à Tamino le portrait de Pamina, la fille de la reine de la nuit, qui vient d'être enlevée par un mauvais génie. Soudain, la reine surgit, conjure le jeune prince de délivrer Pamina et charge les fées de remettre à Tamino une flûte et à Papageno des grelots. Ces deux instruments enchantés vont leur permettre de braver tous les périls...

Ariane et Barbe-Bleue

Ariane veut délivrer les épouses de Barbe-Bleue du joug de leur bourreau de mari. Mais celles-ci, habituées à la servitude, refusent son aide.

Molières - Coups de théâtre...

"Dans la solitude des champs de coton" de Koltès

Génération hip-hop

Quatre jeunes danseurs, espoirs du breakdance calédonien, racontent l'histoire du hip-hop, né dans les années 70 aux Etats-Unis.

Tous à l'Opéra 2018 !

“Follies” de Stephen Sondheim à l’Opéra de Toulon

Patrick Haudecoeur, la tornade...

Chroniqueur : Damien Thévenot   Il est incontestablement le roi de l’auteur et du comédien qui font se tordre de rire une salle entière. Patrick Haudecoeur, avec sa bouille clownesque, après l’immense succès de T’es à la menthe ou thé citron, nous revient avec sa nouvelle pièce intitulée Silence on tourne au théâtre Fontaine à Paris. C’est l’histoire du tournage sur un plateau de cinéma dans lequel toutes les catastrophes vont s’enchaîner les unes après les autres.   Invité : Patrick Haudecoeur  Théâtre : "Silence on tourne" Du mardi au vendredi 20h30 et le samedi 18h00 et 21h00 au théâtre Fontaine

Les Contes d'Hoffmann

Dans une taverne à Nuremberg, non loin du théâtre lyrique où se joue «Don Giovanni», de Mozart. Hoffmann, de fort méchante humeur car il a reconnu en la personne de la prima donna, Stella, une femme qu'il a aimée autrefois, s'irrite de voir dans l'assistance son mauvais génie, Lindorf. Il accepte néanmoins de raconter les trois grandes amours de sa vie. Le premier objet de sa flamme, Olympia, était une poupée mécanique, mais Hoffmann ne s'en est avisé que tardivement, lorsqu'elle se brisa d'avoir trop chanté. Sa deuxième passion, Antonia, quoique pulmonaire, avait une voix merveilleuse ; mais, à trop solliciter son mélodieux organe, elle en mourut, elle aussi. Giulietta, pour laquelle il brûla enfin, accepta, pour le prix d'un diamant, de capturer l'âme et le reflet d'Hoffmann...

Jacques Gamblin - Le cours...

Dans "Ce que le djazz fait à ma djambe", le comédien explore avec poésie et humour son rapport au jazz. Avec la complicité musicale du sextet de Lauernt de Wilde, Jacques Gamblin revient sur son rapport à la musique. Il se souvient notamment de ses premiers cours de guitare après une mauvaise expérience au piano.

“Sand” et “Biophony” d’Alonzo...

Figure du ballet contemporain, découvrez deux pièces du chorégraphe américain.Le ballet contemporain de San Francisco et son fondateur Alonzo King s’installent à la Faïencerie de Creil pour présenter deux chorégraphies “Sand” et “Biophony”. On a souvent dit que les êtres humains étaient comme de minuscules cailloux placés très proches les uns des autres pour qu'ils se frottent jusqu'à ce que leurs bords deviennent lisses.Alonzo KingLe chorégraphe Alonzo King fonde sa compagnie “Lines Ballet” à San Francisco en 1982. Largement reconnu, le  ballet contemporain revisite les mouvements classiques et s’accorde avec plusieurs domaines, arts visuels, compositeurs, musiciens…Dans “Sand”, Alonzo King s’associe à deux figures américaines du jazz, Charles Lloyd et Jason Moran, et dans “Biophony”, le chorégraphe invite Bernie Krause, musicien qui enregistre des paysages sonores. Deux chorégraphies dont les thèmes font appel à la nature et au vivant.  

Molières - Coups de théâtre...

"Days of Nothing" au Théâtre de la Manufacture

L'opéra de Paris

"O złożony, O composite" de Trisha Brown

Teatro La Fenice

David Parsons : Pas de 3 sur le Grand Canal de Venise

Teatro La Fenice

Parsons Dance au Teatro la Fenice

“F(l)ammes” à la Maison des...

DIx femmes de banlieues se confient et redécouvrent leur identitéDans “F(l)ammes”, le metteur en scène Ahmed Madani organise une rencontre introspective avec des femmes dont les parents sont issus de l’immigration, un spectacle présenté fin 2016 à Paris, à la Maison des métallos.En 2013, Ahmed Madani mettait en scène “Illuminations”, réunissant un groupe d’hommes, des vigiles issus de banlieues. Trois ans plus tard, le metteur en scène était de retour avec une suite, “F(l)ammes”, un second volet faisant partie d’une trilogie : Face à leur destin. Dans “F(l)ammes”, Ahmed Madani rassemble sur scène dix femmes, enfants d’immigrés vivant dans des quartiers populaires. Il invite alors le spectateur à plonger dans l’histoire et l’intimité de ces femmes.Je leur dis : «Parlez-moi de vous et montrez-moi qui vous êtes.» D’où vient leur nom, comment vit-on avec un tel nom ? Je ne sais rien à l’avance. Ce sont elles les expertes de leur jeunesse, de leur féminité, de leur vie de quartier. J’écoute et je leur renvoie des mots qui tiennent compte de leur pudeur et de leur sensibilitéAhmed Madani dans Libération 
plus de vidéos