C dans l'air - Trump : la guerre des étoiles, le retour !

inscrivez-vous pour visionner cette vidéo et profiter de l'expérience france.tv

s'inscrire / se connecter

C dans l'air
Émission du samedi 11 août 2018

diffusé le sam. 11.08.18 à 17h50
magazines d'actu | 67min | tous publics

Avec Donald Trump, ce sera « l’Amérique d’abord » jusque dans l’espace. Son vice-président Mike Pence a annoncé cette semaine la création d’une sixième branche des forces armées américaines, prévue pour 2020 : la « Force de l’espace ». L’objectif : envoyer des satellites sur orbite pour se protéger et réaffirmer la place des Etats-Unis dans la conquête spatiale.

 

 

Des satellites qui sont également utiles aux militaires pour espionner des sites ennemis, ou encore guider des missiles. Ce projet est présenté comme « le prochain grand chapitre de l'histoire » et « le prochain champ de bataille » des Etats-Unis, même si l’espace est censé rester non-militarisé.

 

 

A quelques mois des élections de mi-mandat, cette annonce arrive à point nommé puisqu’elle place Donald Trump dans une posture de chef de guerre. Mais pour relancer cette conquête spatiale, le gouvernement devra débourser 8 milliards de dollars sur cinq ans, ce que les Démocrates refusent catégoriquement. Le Congrès américain approuvera-t-il ce projet ?

 

 

Alors que Donald Trump relance la conquête spatiale, d’autres puissances ont déjà mis au point des programmes spatiaux ambitieux. Notamment la Russie, dont la place dans le cosmos n’est plus à prouver. Depuis que la NASA a arrêté son programme de navette spatiale en 2011, tous les astronautes utilisent les vaisseaux russes « Soyouz » pour rejoindre la station spatiale internationale (ISS). D’ici quelques années, la Russie souhaite même proposer des sorties touristiques dans l’espace.

 

 

La Chine se fait également remarquer par son dynamisme dans le secteur spatial, autant dans l’exploration que dans le développement de ses techniques. Avec la Russie, elle est pour l’heure la seule à avoir la capacité d’organiser un vol habité. Pour lutter contre cette concurrence, l’Europe développe de son côté la nouvelle fusée « Ariane 6 », dont le premier vol est prévu pour 2020. Elle coopère également avec d’autres pays comme l’Inde qui a fait une entrée discrète mais efficace sur le marché commercial, et qui peut déjà lancer des satellites en toute autonomie.

 

 

Dans la course au tourisme spatial, certaines grandes fortunes privées n’hésitent pas à investir pour se rapprocher des étoiles. Après plusieurs années d’essais, le vaisseau du milliardaire britannique Richard Branson a effectué son premier vol avec succès en juillet dernier. Une avancée précieuse pour sa société « Virgin Galactic » qui dispute avec ses concurrents l’arrivée sur le marché touristique dans l’espace.

 

 

Jeff Bezos, le PDG d’Amazon à la tête de « Blue Origin », développe également sa navette spatiale. Il envisagerait même de vendre les premiers tickets en 2019 pour la coquette somme de 200 000 euros. A la tête de Tesla et SpaceX, Elon Musk rêve d’envoyer des humains sur Mars. Après avoir mis une voiture en orbite autour de la Terre, le milliardaire concrétise ses projets toujours plus fantasques. Dès 2019, il compte réaliser les premiers vols habités américains à destination de l’ISS.

 

 

La « Force de l’espace » américaine souhaitée par Trump risque-t-elle de raviver les tensions avec les autres grandes puissances déjà installées dans la conquête spatiale ? De quels moyens bénéficient les autres pays ? L’espace sera-t-il la prochaine destination phare des touristes fortunés ?

 

 

Invités :

 

 

Pascal BONIFACE - Directeur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques

 

Xavier PASCO - Directeur de la Fondation pour la Recherche Stratégique, spécialiste de la politique spatiale américaine

 

Corentin SELLIN - Historien, spécialiste des Etats-Unis

 

Anne TOULOUSE - Journaliste, auteure de « Dans la tête de Donald Trump »

du même programme

Macron

C dans l'air
Macron et l'emploi

5J

à voir aussi

29J