tous les articles Être parent contactez nos experts

La RATP ouvre une « Safe place » dans le métro

Une « Safe place » pour se réfugier des harceleurs de rue a ouvert dans le métro. Elle sera bientôt suivie par des dizaines d’autres.

87% des femmes utilisant les transports affirment avoir déjà été victimes de harcèlement, d’agression sexuelle ou de viol dans les transports en commun, selon les chiffres du gouvernement dévoilés à la fin de l’année 2023.

C’est dans ce contexte que la RATP et Île-de-France Mobilités ont inauguré en décembre dernier une première « Safe place », littéralement un « lieu sûr », avec l’aide d’UMAY, la start-up qui lutte contre le harcèlement de rue. Un magasin Relay de la gare RER d’Auber sert maintenant de refuge aux victimes de harcèlement. « Ce nouveau dispositif s’ajoute à ceux déjà déployés, tels que la prise en charge des victimes par des agents formés, le 3117, les bornes d’appel ou encore les caméras de vidéoprotection » affirme la RATP.

UMAY a formé le personnel du magasin Relay à l’accueil des victimes et a aussi ajouté le lieu aux 6 000 autres Safe places référencées par leur application. Ce nouveau refuge a déjà permis à 10 victimes de harcèlement de se mettre en sécurité depuis son inauguration, selon l’équipe de UMAY.

« Notre réseau de 2 000 Safe places en région parisienne va s'étendre au secteur des transports grâce à cette forte implication de la RATP et avec le soutien Île-de-France Mobilités. C'est un pas de plus pour faire diminuer sensiblement le phénomène du harcèlement de rue » assure Pauline Vanderquand, présidente et fondatrice de l’application UMAY.

Les employés de 30 autres points de ventes tels que des enseignes Relay, Monop’Daily ou encore Fnac seront prochainement formés dans l’objectif d’ouvrir de nouvelles safe places dans ces magasins de station de métro.