tous les articles Enfance et adolescence contactez nos experts

« On déménage ! » : 5 conseils pour aider les enfants

Mutation, changement de vie… Déménager est souvent une grande aventure, surtout lorsqu’il y a des enfants dans la famille !

L’enfant peut ressentir le déménagement comme un chamboulement, le bouleversement de ses repères, comme l’explique Angélique Kosinski-Cimelière, psychologue clinicienne pour enfants et adolescents :

« Un enfant n’a pas le recul d’un adulte. Pour lui, ses repères, ses investissements psychologiques, ce sont sa famille, ses copains et son école. L’enfant doit faire l’effort de tout recommencer à nouveau. Mais il grandit différemment et plus vite aussi ! Il faut positiver et surtout ne pas culpabiliser. »

Angélique Kosinski-Cimelière nous donne ses conseils pour que cela se passe le mieux possible pour votre enfant.

  1. Trouvez le bon timing : n’en parlez pas trop tôt à votre enfant. Les notions de temps sont en effet très différentes chez l’enfant, qui voit à court terme. La spécialiste conseille donc d’en parler 1 ou 2 mois avant.
  2. Aider votre enfant à se repérer dans le temps : lorsque l’annonce est faite, symbolisez le jour-J en prenant un calendrier, et en demandant à l’enfant de faire un dessin sur le jour du déménagement.
  3. Faites participer votre enfant au déménagement : le rendre actif est important, notamment dans la préparation. S’il voit tout le monde dans la maison s’agiter à remplir des cartons et que lui n’a pas de rôle, cela peut être anxiogène. On peut donner un petit carton à l’enfant pour qu’il y mette son doudou, ses jouets favoris. C’est le carton magique qui lui permet de visualiser qu’il ne va pas tout perdre.
  4. Soyez inventif ! La réussite d’un déménagement, c’est de concrétiser ce qui est abstrait pour l’enfant : le temps avec le calendrier, l’endroit où la famille va habiter, la nouvelle école…
  5. Pour faciliter la transition, vous pouvez permettre à votre enfant de garder des liens avec ses anciens copains, comme l’indique le docteur :

« On peut lancer des invitations et faire des appels vidéo par Skype si l’enfant le demande. Ils sont à un âge où ils ont besoin de leurs parents pour garder le contact. Mais avec le temps, chacun va faire sans l’autre. Ils ne vont plus vivre les mêmes choses, ils n’auront plus d’aussi bons souvenirs ensemble. Enfin, ils ne seront plus trop sur la même longueur d’onde. »