page 40 / toutes les vidéos opéra et musique classique

toutes les vidéos tous les programmes

Le Concert Spirituel au festival de Saintes 2014

Les Leçons de Ténèbres, sans égales en beauté, en pureté, en émotion contenue, atteignent leur apogée avec les œuvres de Couperin, Charpentier et Delalande.Hervé Niquet a confié celles de Couperin à un ensemble de six chanteuses. Une musique d’une grande expressivité mélodique et d’une sensualité troublante.______________________________________________________________

Festival Fontfroide 2014 : L'Europe du Nord - Jordi Savall

Lully, Rameau et bien d'autres ont confirmé le leadership culturel de la France et de Versailles aux XVIIe et XVIIIeL'Europe des XVIIe et XVIIIe siècles voit le renforcement politique, économique et culturel du Nord, marqué par la considérable influence française du règne de Louis XIV.Les Concerts Royaux, les Sonneries, les Suites et les Sonates (ou Sonades) de Couperin, de Lully, de Mr de Sainte Colombe, de Telemann, de Rameau et de Leclair, confortent la force de cette hégémonie et de la grandeur versaillaise, tout en cherchant l'idéal de la « Réunion des Goûts », sous l'influence de l'éclat inventif et concertant de musiciens italiens. Le reflet naturel de cette riche atmosphère et de ce Nouveau Style musical va constituer un pôle d'attraction pour les musiciens de tous les pays voisins et inspirera aussi leurs contemporains de toutes les Cours d'Europe, spécialement de grands maîtres comme G. Ph. Telemann et C. Ph. E. Bach.Dès le début du règne de Louis XIV, le « Grand Siècle » a montré tout son éclat et sa grandeur avec la musique du Surintendant Lully. Ce sont des années glorieuses dans lesquelles la musique joue un rôle prépondérant car elle décrit la cour qui fascine l'Europe et le monde. Partout le style français s'est imposé mais la fin du règne voit le pays entrer en crise et peu à peu se décomposer. Déjà face à la musique brillante contrôlée par Lully, vouée à la tragédie lyrique, au grand motet, à l'ouverture à la française ou à la comédie ballet, une autre musique plus intimiste, recueillie et ombrageuse commence à exercer son influence : celle de Mr. de Sainte Colombe. D'autres formes musicales apparaissent, comme les "Tombeaux" dont le nom évoque le recueillement, le respect et la profondeur ou encore des évocations de personnalités de l'époque qui sont comme des portraits.

Trauernacht - Nuit de Deuil au festival d'Aix 2014

Dirigée par Raphaël Pichon, cette production du festival d'Aix met à l'honneur les plus belles cantates de BachBach a composé plus de deux cents cantates, notamment pour la paroisse de Leipzig où sa fonction de Cantor réclamait qu’il en écrive une par semaine. Ces œuvres pour quelques instruments et chanteurs, sur des textes tirés de la Bible ou de la poésie piétiste, sont bâties sur une véritable dramaturgie spirituelle. Celle-ci inspire aujourd’hui Katie Mitchell, femme de théâtre britannique fascinée par Bach dont elle a déjà mis en scène la Passion selon Saint-Mathieu, et le chef d’orchestre Raphaël Pichon, autre admirateur du Cantor de Leipzig. Tous deux revisitent les rivages de ces cantates afin d’en exalter la théâtralité et l’énergie vitale en perpétuel dialogue avec la mort.

L'Amante Segreto de Monteverdi au festival de Saintes 2014

Accompagnée par Giovanna Pessi à la harpe, Céline Scheen aborde ce corpus de cantates italiennes de Strozzi, Landi, Caccini ou Monterverdi avec la douce mélancolie et l’abandon qui sont la marque de cette musique.L’Amante SegretoŒuvres de Caccini, Strozzi, Landi, Monteverdi, Kapsberger, Gabrieli...Céline Scheen, sopranoGiovanna Pessi, harpeDétail du programmeSpagnoletto 3’00’’Anonyme, manuscrit ChigiAvrilla mia 2’10’G. G. Kapsberger (1580-1651)-Torna deh torna 4’30’’Giulio Caccini (1551-1618)-Toccata VI 3’20’’        G. G. KapsbergerLa Mantovana 2’45’’    AnonymeAmarilli mia bella 4’00’’   Giulio Caccini-                                                                                 L’amante segreto 6’50’’Barbara Strozzi (1619-1677)-Intonazione del primo tono 1’00’’Andrea Gabrieli (ca.1533-1585)Amor io parto 3’00’’Giulio CacciniAria di passacaglia 3’10’’  Girolamo Frescobaldi (1583-1643)-Aria di Fiorenza 1’10’’Anonyme, manuscrit ChigiBallo del Gran Duca 2’00’Anonyme, manuscrit ChigiFolle è ben che si crede 4’00’’Tarquinio Merula (1595-1665)                Augellin che’l tuo amor 4’00’’Stefano Landi (1587-1639)-Toccata arpeggiata 2’30’’G. G. KapsbergerEcco di dolci raggi 2’15’’C. Monteverdi (1567-1643)Dalla porta d’Oriente 1’50’’Giulio Caccini-Figlio dormi 3’30’’G. G. Kapsberger         ______________________________________________________________

Festival Fontfroide 2014 : Orient et Occident - Jordi Savall

Hommage à la Syrie : dialogue des musiques arabes, chrétiennes et séfarades, de la Méditerranée médiévale à nos joursActeur majeur du renouveau du baroque, le gambiste et spécialiste de la renaissance Jordi Savall brille une fois de plus avec Orient et Occident, un concert mêlant diverses influences et tiré d'un album éponyme écoulé à plus de 60 000 exemplaires"La Paix est nécessaire pour la Vie et pour l’Art, ni l’un ni l’autre ne peuvent se développer sans liberté. Grâce à l’émotion et la beauté, le pouvoir de la musique nous aide à avoir une conscience solidaire de la situation dramatique des conflits d’aujourd’hui. Le voyage sonore que ce programme nous propose, à travers les chants, les danses et la poésie du vaste continent moyen-oriental, et particulièrement d’une ancienne civilisation comme la Syrie, se veut un hommage sincère à un peuple qui souffre d’une guerre cruelle et dévastatrice. Les chanteurs et les musiciens orientaux réunis autour de l’ensemble Hespèrion XXI, nous montrent que la fonction de l’art et de l’artiste est aussi de créer des ponts de dialogue et de compréhension entre les peuples et les cultures millénaires d’Europe et d’Orient. L’un des plus tragiques défauts de l’être humain est sa grande capacité d’amnésie, et comme nous le rappelle Milan Kundera dans son Livre du rire et de l’oubli : « L’assassinat d’Allende éclipsa rapidement le souvenir de l’invasion russe de la Bohême, la tuerie sanglante du Bangladesh fit oublier Allende, la guerre du désert du Sinaï fit taire les pleurs du Bangladesh, la tuerie du Cambodge fit négliger le Sinaï et cetera, et cetera, et cetera, jusqu’à l’oubli complet de tout par tous".

Le Concert de Paris au Champ de Mars

Natalie Dessay, Anna Netrebko, Olga Peretyatko et d'autres grands noms du chant lyrique au menu de cette 2e éditionOrganisé par Radio France et France Télévisions avec le soutien de la ville de Paris, le Concert de Paris s’est affirmé en 2013 comme l’événement annuel de la musique classique avec pour la Première édition 500 000 spectateurs et prés de trois millions de téléspectateurs et auditeurs.Le 14 juillet 2014, le programme du concert de Paris célébrera la Guerre et la Paix en musique avec les plus grandes voix lyriques accompagnées par l’Orchestre National de France et le Chœur de Radio France sous la baguette de Daniele Gatti. Point d'orgue de la journée du 14 juillet et événement de la mission centenaire  14-18, le concert se clôturera par le grand feu d'artifice du 14 juillet de la Ville de Paris.  Plateau Artistique- Natalie Dessay (Soprano)- Anna Netrebko (Soprano)- Olga Peretyatko (Soprano)- Elina Garanca (Mezzo)- Piotr Beczala (Ténor)- Lawrence Brownlee (Ténor)- Laurent Naouri (Baryton) Orchestre National de FranceChœur et Maîtrise de Radio FrancePlacés sous la direction de Daniele Gatti

Ariodante de Georg Friedrich Haendel au festival d'Aix 2014

L'opéra d'Haendel, mis en scène ici par Richard Jones, donne la part belle à la soprano Patricia PetibonSous une lune équivoque, un homme chante la trahison de la femme qu’il aime. Le chevalier Ariodante et la princesse Ginevra s’étaient pourtant juré fidélité éternelle. Mais le fourbe Polinesso, qui convoite aussi la jeune fille, a réussi à la faire passer pour infidèle.Désespoir sans fond, suicide manqué et tournoi mortel seront nécessaires au rétablissement de la vérité. Concentré dans l’habile livret d’Antonio Salvi, cet argument emprunté au best sellerde l’Arioste – le célèbre Roland furieux – offre l’occasion à Haendel de composer son opéra le plus parfait, sublime chant de solaire félicité puis de lamentation nocturne, écrit aux mesures des plus grandes voix de son temps. C’est la première fois que ce chef-d’œuvre résonne dans la cour de l’Archevêché d’Aix-en-Provence, sous une lune qui, pour être authentique, n’en sera pas moins complice de la fatale illusion.Retrouvez chaque semaine les plus grands musiciens, chanteurs, danseurs, chorégraphes ou metteurs en scène Au clair de la lune, le jeudi sur France 2
Le Comte Ory de Rossini à l'Opéra de Lyon - vidéo Tous à l'Opéra 2018 ! - france.tv

Tous à l'Opéra 2018 !

Le Comte Ory de Rossini à l'Opéra de Lyon

Le Concert de Sarajevo

[Direct] Voyage en musique au cœur de l'Histoire de l'Europe, avec Schubert, Haydn et Brahms au programmeLe 28 juin, France 2 et Stéphane Bern consacrent l'émission Secret d'histoire à la ville de Sarajevo. Au programme : le "Concert à Sarajevo" par l'Orchestre philarmonique de Vienne, un portrait de l'archiduc François-Ferdinand et une découverte des plus beaux palais autrichiens. Concert de l'orchestre Philharmonique de Vienne, diffusé en direct depuis Vijecnica, la bibliothèque municipale de Sarajevo, rénovée et inaugurée pour l’occasion, dans le cadre des commémorations de la Première Guerre Mondiale.Placé sous la direction de Franz Welser-Möst, l’orchestre jouera un programme qui, en 90 minutes, raconte des pages de notre Histoire commune, de la fin du XVIIIème siècle aux premières années du XXème siècle. Joseph Haydn : 2ème mouvement du quatuor opus 76 N° 3, L’Empereur.En 1797 Haydn vient de composer l’hymne allemand « Dieu protège l'Empereur François ». La mélodie en est si belle, qu’il l’a choisi comme thème de ce mouvement de quatuor. C’est le paradoxe de cette musique sublime… La Symphonie inachevée de Franz Schubert est l’une des plus populaires du compositeur autrichien. On la pense inachevée car elle ne comporte que 2 mouvements, au lieu de 4 habituellement. Composée en 1822 elle ne fut découverte qu’après sa mort. Composée en 1914 par Alban Berg et dédiée à son professeur Arnold Schoenberg, Marsch, « En avant ! » est une monumentale page orchestrale en forme de chaos. Elle illustre parfaitement l’horreur et la violence terrifiante de ces 4 années de guerre. Le Chant du destin de Johannes Brahms s’inspire du très beau poème de Friedrich Hölderlin. Souvent qualifié de « ballade chorale » et parfois appelé « petit Requiem », l’oeuvre évoque les contrastes entre les misères terrestres de l’humanité et la vie sereine de l’éternité céleste.Le Choeur du Théâtre national de Sarajevo se joint à l’orchestre pour interpréter ce chef d’oeuvre de la musique romantique allemande. Maurice Ravel compose sa Valse comme la « quintessence de la valse viennoise » en y intégrant la prémonition d’un terrible maelström. Le choix de l’une des oeuvres les plus géniales du compositeur français parait évident : on y entend la fin d’une époque et la naissance d’un monde nouveau.

Opéra Royal de Wallonie - Liège

La Gazzetta de Rossini à l'Opéra Royal de Wallonie

Chorégies d'Orange

Musiques en fête en direct des Chorégies d'Orange 2014

Carmen de Bizet aux Arènes de Vérone

Le chef d'œuvre de Bizet dans les grandioses Arènes de Vérone en Italie, mis en scène par Franco ZeffirelliFranco Zeffirelli, figure mythique du cinéma italien, propose une mise en scène spectaculaire d'un des opéras français les plus connus au monde : Carmen de Bizet dans les arènes de Vérone, en Italie ! Spectacle donné en juin 2014/La création de Carmen de BizetLorsque Georges Bizet crée en 1875 son opéra Carmen, tiré d’une nouvelle de Prosper Mérimée du même nom, il est loin d’imaginer quel  succès retentissant et mondial son opéra aurait plusieurs siècles durant. Pour la première fois dans l’histoire de l’opéra, Bizet ose rompre avec la tradition. Présenter une histoire évoquant passion, violence et se terminant par le tragique destin de Carmen est une grande première dans l’histoire de l’Opéra-Comique, où fut créé l’ouvrage. Mais ce n’est pas la seule raison. L’introduction de passages dramatiques associés à des moments de comédie,  la mise en scène des chœurs pour la première fois évoluant sur scène en petit nombre, sans oublier des parties orchestrales ardues pour les musiciens participèrent également au renouveau du langage musical. Pourtant la création ne reçut pas le succès tant attendu. Le public s’offusqua contre le caractère immoral du sujet, regretta l’exécution moyenne des musiciens et déplora  surtout la longueur du spectacle, jugée interminable.Carmen, désir ou amour ? (voir la fiche de Carmen aux Chorégies d'Orange)

Tous à l'Opéra 2018 !

La Traviata de Verdi à l'Opéra National de Paris

Die Liebe Zeit, Cantates et Oratorio de L’Ascension de Bach

[Replay] Bach fait revivre de grandes fêtes avec une sublime série d'oratorios et cantatesDe par sa fonction de cantor, Johann Sebastian Bach (1685-1750) ne nous légua pas que de magnifiques passions. De fait, il a écrit pour la fête même de Pâques et les jours festifs qui suivent, quelques cantates et oratorios magnifiques. D’un point de vue structurel, le Himmelfahrts-Oratorium écrit en 1735 se rattache à la tradition de l’historia de Schütz. Le recours aux timbales et aux trompettes, instruments festifs par excellence, et l’usage de la technique de la parodie font fortement penser à l’oratorio de Noël composé par Bach quelques mois auparavant. À l’instar de la cantate bipartite Gott fähret auf mit Jauchzen composée en 1726, une seule et unique ambiance domine : l’allégresse et le triomphalisme dans la victoire du Christ sur la mort.ORATORIO DE L’ASCENSION“Lobet Gott in seinen Reichen” BWV 11 (1735) 28’ CANTATES DE PÂQUES ET DE L’ASCENSION“Gott fähret auf mit Jauchzen” BWV 43 (1726)  19’“Bleib bei uns, denn es will Abend werden” BWV 6 (1725) 19’

Légende d'Arménie à l'Opéra Comique

Voyage au cœur de l'Arménie à travers les œuvres de Prokofiev, Khatchaturian et AprikianSoirée sous le signe de l'Arménie à l'Opéra Comique avec au programme la "Symphonie classique" de Sergueï Prokofiev, la "Mascarade Suite" d’Aram Khatchaturian, et "La Naissance de David de Sassoun" de Garbis Aprikian.La soirée s’ouvre avec la Symphonie classique de Sergueï Prokofiev qui, âgé de 26 ans en 1916, commença la composition de cette première symphonie en quatre mouvements (Allegro, Larghetto, Gavotta, Finale). La création de l’œuvre eut lieu le 21 avril 1918 à Pétrograd sous la direction du musicien, elle remporta un très vif et encourageant succès pour le jeune compositeur.La deuxième œuvre inscrite au programme est la Mascarade Suite d’Aram Khatchaturian, sans doute le plus connu des compositeurs arméniens qui est toujours resté proche de ses origines et de son folklore : « Être lié à son peuple, puiser dans les sources intarissables de son art, n’est-ce pas le but suprême de tout artiste ? ». Après le triomphe en 1940 de son Concerto pour violon qui le rendit célèbre, Khatchaturian composa l’année suivante la musique de scène de Mascarade, la pièce du poète Lermontov dont l’action se situe en 1830 à Saint- Pétersbourg pendant un bal masqué. L’œuvre fut créée en 1944. Chacun des cinq thèmes qui se succèdent exprime un climat particulier de la pièce et évoque le rythme entraînant de la danse. Le premier mouvement de la Suite, La Valse, aux couleurs dramatiques, a connu une grande popularité. La Naissance de David de Sassoun qui célèbre le héros national arménien compte parmi les œuvres majeures du compositeur. Dédié à la chorale Sipan- Komitas, cet oratorio pour soli, deux chœurs et orchestre que Garbis Aprikian dirigea pour la première fois en 1994 au grand amphithéâtre de la Sorbonne, fut composé d’après la pièce en 3 actes et un prologue d’Hagop Oshagan (1883- 1948), elle était initialement destinée aux élèves du séminaire arménien de Jérusalem. Selon ses propos, Garbis Aprikian a retenu « le prologue pour faire un oratorio, car cet épisode a un sens symbolique ». L’œuvre sera servie par trois interprètes prometteurs parmi les meilleurs de leur génération : Naïra Abrahamyan, soprano, Stella Grigorian, mezzo-soprano et Wiard Witholt, baryton. L’Orchestre et le Chœur Calouste Gulbenkian ainsi que la Maîtrise des Hauts-de-Seine, seront tous sous la direction d’Alain Altinoglu, aujourd’hui l’un des chefs les plus convoités de la planète lyrique. 

Madrigaux de Monteverdi, Livre VII à la Philharmonie

Intégrale des madrigaux de Monteverdi par les Arts Florissants et Paul Agnew : l'aventure continue avec le Livre VIISuite de l’intégrale des madrigaux de Monteverdi, à laquelle les Arts Florissants travaillent depuis 2011. Cinq ans après l’impression du Livre VI, Monteverdi publie le Livre VII en 1619. Tout, dans ce vaste recueil, respire l’opéra.« Interpréter tous les Livres de madrigaux permet de comprendre la fantastique évolution de la musique de Monteverdi et à travers elle, de découvrir la révolution qui a eu lieu dans la musique en Italie au début du XVIIe siècle. » Paul Agnew, site des Arts Florissants  Le madrigalLe madrigal est une forme de musique vocale ancienne, qui s'est développée au cours de la Renaissance et du début de la période baroque.Le Livre VII, un assortiment coloré et sensuel Ce Livre est un assortiment de duos, de trios, de récitatifs accompagnés et... d'un ballet. L'oeuvre est emprunte de sensualité. « Baisers, bouches et chants » y sont répétés presque obsessionnellement. L’instrumentation est riche et faire intervenir violons et flûtes, au dessus du continuo apparu dès la fin du Livre V. Le Livre VII semble être une introduction aux fastes du Livre VIII qui paraîtra en 1638. Un oeuvre fantaisiste aux multiples formesCe Livre VII est appelé « Uno Concerto » par Monteverdi. Il est constitué de multiples formes musicales et combinaisons de morceaux qu'il est possible de reprendre à sa guise, en en changeant l'ordre. Il s'apparente ainsi au Couronnement de Poppée qui a beaucoup évolué au gré des troupes et des représentations. Paul Agnew a ainsi pris la liberté de changer l’ordre du livre pour donner plus de variété au programme. Interprétation de Paul AgnewPaul Agnew a décidé de laisser libre cours à l’inspiration de ses interprètes. Aucune mise en espace n’est prévue, mais plutôt une organisation aléatoire de chaque pièce. Les chanteurs seront guidés par des jeux de lumière, scindés en deux groupes autour de deux continuo qui se répondent et dialoguent.Paul Agnew sur le 7ème livre des madrigaux de Monteverdi: "celui-ci est érotique!" (voir l'interview de la rédaction mené en mai 2014)Paul Agnew présente les Livres VII et VIII : https://youtu.be/_FYqSzC_XD0

Tous à l'Opéra 2018 !

Dido & Aeneas de Purcell à l'Opéra de Rouen Haute Normandie

Tous à l'Opéra 2018 !

Doctor Atomic à l'Opéra National du Rhin

Tous à l'Opéra 2018 !

Les Pigeons d'Argile au Capitole de Toulouse

La Passion selon Saint Matthieu de Bach

Après Les Vêpres Solennelles de la Vierge de Claudio Monteverdi dirigées par John Eliot Gardiner, Culturebox vous offre La Passion selon Saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach dirigée par Michel Corboz.Michel Corboz veut n’emporter dans ses bagages lors de son futur voyage dans l’au-delà que trois œuvres musicales dont la Passion selon Saint Mathieu de Jean-Sébastien Bach. A la tête de son orchestre et du chœur de la Fondation Gulbenkian, Michel Corboz nous offre, pour cette semaine sainte, l’une des œuvres majeures de l’histoire de la musique. La passion du christ a inspiré à Jean Sébastien Bach ses plus belles pages. A chaque mot, à chaque phrase correspond une intention musicale. Comme pour montrer tout ce que le langage musical peut exprimer. 
plus de vidéos