page 40 / toutes les vidéos opéra et musique classique

toutes les vidéos tous les programmes

Les Victoires de la Musique Classique 2015

En direct de Lille, Louis Laforge et Frédéric Lodéon présentent la 22ème édition des Victoires de la Musique Classique.Les Victoires de la musique classique, un show à voir en direct le lundi 2 février à 2015 à 20h50 sur France 3, culturebox et France Musique (bande-annonce France 3)Au cœur de l’auditorium Le Nouveau Siècle à Lille, la soirée des Victoires de la Musique classique propose aux téléspectateurs, aux auditeurs et aux Internautes le meilleur de la scène classique actuelle et met en lumière artistes prestigieux et jeunes révélations.Sous la direction de Jean-Claude Casadesus, l’Orchestre national de Lille donne le « la »  de cette émission, dont l’affiche exceptionnelle convie des invités somptueux dans des catégories homogènes et variées. Pour introduire chaque section d'artistes en compétition, les plus grands succès du répertoire classique sont joués en live. Près de trois heures de spectacle avec pour fil rouge la passion de la musique toutes générations confondues ; ce sont plus de 20 séquences live inédites qui seront mises en images par Franck Broqua. Le palmarès des 22èmes Victoires de la musique classique SOLISTE INSTRUMENTAL- Edgar MOREAU, violoncelle ARTISTE LYRIQUE- Sabine DEVIEILHE, soprano COMPOSITEUR- Guillaume CONNESSON - Cythère, pour 4 percussionnistes et orchestre ENREGISTREMENT- Bach JS / Köthener Trauermusik BWV 244aSabine Devieilhe, Damien Guillon, Thomas Hobbs, Christian ImmlerPygmalion / Raphaël PichonHarmonia Mundi RÉVÉLATION, SOLISTE INSTRUMENTAL- Jean RONDEAU, clavecin RÉVÉLATION, ARTISTE LYRIQUE- Cyrille DUBOIS, ténor Les invités : Jonas KAUFMANN, Tedi PAPAVRAMI, Sonya YONCHEVA, Raphaël SÉVÈRE, le quatuor Ebène, Le Concert d'Astrée, Philippe JAROUSSKY, Thomas ENHCO, Vassilena SERAFIMOVA, Richard GALLIANO, Romain LELEU, Bryan HYMEL, l’octuor Les Violoncelles français et le Choeur de l'Opéra de Lille. 

Les Fêtes Vénitiennes dirigées par William Christie

Le chef franco-américain William Christie dirige pour la première fois à l'Opéra Comique l'opéra-ballet de Campra.Créé en 1710 par André Campra sur un livret d’Antoine Danchet, l'opéra-ballet "Les Fêtes Vénitiennes" met en scène des intrigues galantes et malicieuses sur fond de carnaval débridé. William Christie en dirige une version avec un prologue et trois entrées : Le Bal, Les Sérénades et L'Opéra.Bande-annonce des "Fêtes Vénitiennes", un spectacle à voir sur France 2 et CultureboxAu siècle des Lumières, l'opéra a cherché à se réinventer et à sortir de la période austère du fin de règne de Louis XIV. Les auteurs et compositeurs se tournent alors vers la comédie et les ressorts qui lui sont propres : une intrigue caucasse, des personnages galants et séducteurs, une large palette de tons et tout ce qui peut rendre une œuvre plus vivante pour ses contemporains.Un succè au XVIIIème siècleC'est à cette occasion que la danse, pourtant intégrée dès les premiers opéras français, gagne enfin ses lettres de noblesse. Avide de légèreté, le public est rapidement conquis par cette nouvelle formule qui multiplie les « entrées ». Avec ses intrigues combinables à l'infini, l’opéra-ballet apparaît désormais somptueux et plaisant.Extraits des "Fêtes Vénitiennes" à l'Opéra Comique, dirigé par William Christie et mis en scène par Robert CarsenCarsen et Christie, les retrouvailles"Les Fêtes Vénitiennes" connaisent un véritable succès au début du XVIIIème siècle et jouent un rôle majeur dans l’avènement de ce nouveau genre. André Campra, qui dominait la musique française depuis la mort de Lully, déploie tout son art dans ces intrigues pleines d’esprit sur fond de carnaval un brin décomplexé. William Christie dirige l'Orchestre et le Choeur des Arts Florissants, et retrouve ici le metteur en scène Robert Carsen (après leur collaboration sur "Platée" en 2014) pour faire revivre les splendeurs de cette oeuvre. 

Médée de Charpentier au Théâtre de Bâle

Mythique ! Suivez la vengeance de Médée au Théâtre de Bâle, sur une mise en scène de Nicolas Brieger.Trahison, vengeance, magie... La tragédie se joue ici “en musique”. C’est au Théâtre de Bâle que le metteur en scène Nicolas Brieger livre sa version de Médée, un opéra baroque composé en 1693 par Marc-Antoine Charpentier, sur les mots du librettiste Thomas Corneille.Médée, un mythe grec.Lorsque Médée se retrouve abandonnée par Jason pour Créuse, la fille du roi corinthin Créon, elle est loin d’avoir dit son dernier mot. Trompée, humiliée et exilée, désormais la rage l’habite, Médée se sert alors de ses pouvoirs magiques dans l'unique but de se venger. En guise de punition, elle empoisonne Créuse et égorge ses propres enfants afin de réduire en cendres le bonheur de Jason.De Pierre Audi à Nicolas Brieger.En 2012, Pierre Audi avait livré sa version de l’opéra baroque au Théâtre des Champs Elysées et à l’Opéra de Lille. Cette année, c’est au tour du metteur en scène Nicolas Brieger de présenter la sienne, et ce, sur les planches du Théâtre de Bâle (et pour la première fois en Suisse).Reportage France 3. Présentation de l'oeuvre, interview de Pierre Audi, réactions du public, découvrez-en plus sur la mise en scène de Médée par Pierre Audi, au Théâtre des Champs Elysées et à l'Opéra de Lille.api.dmcloud.net/player/embed/4e709e80f325e11e5f000025/507abe6b94a6f63742000a03/2c04fbdcb09d4bcba4800b278ccf8a00?exported=1api.dmcloud.net/player/embed/4e709e80f325e11e5f000025/5097897194739934ea0002aa/25636e22270b46ebbbf1177bca0ce2f9?exported=1

Concert du Nouvel An au Musikverein de Vienne - Partie 2/2

Pour débuter 2015, savourez l'incontournable Concert du Nouvel An ! En direct puis replay pour 7 jours seulement !Le grand concert événement du Nouvel An avec l'Orchestre Philharmonique de Vienne, dirigé par le chef d’orchestre Zubin Mehta, sera retransmis en direct sur France 2 et diffusé à travers le monde pour une audience estimée à 50 millions de personnes dans près de 90 pays.Le Concert du nouvel an de l'Orchestre philharmonique de Vienne est un concert qui a lieu traditionnellement chaque année le matin du 1er janvier dans la Goldener Saal (Salle dorée) du Musikverein à Vienne. La musique qui y est jouée est principalement celle de la famille Strauss (Johann Strauss I, Johann Strauss II, Josef Strauss et Eduard Strauss).L'orchestre philharmonique de Vienne y interprètera les oeuvres les plus populaires de la musique de valses et d’opérettes de Johann Strauss entre autres. 1e PARTIE Franz von Suppé, ouverture Ein morgen, ein Mittag, ein Abend in WeinJohann Strauss Jr, Märchen aus dem Orient. Valse, op.444Joseph Strauss, Wiener Leben. Polka française, op. 218Eduard Strauss, Wo man lacht und lebt. Polka rapide, op.108Joseph Strauss, Dorfchawalben, aus Osterreich. Valse, op.164Johann Strauss Jr, Vom Domaustrande. Polka Rapide, op.356 2e PARTIEJohann Strauss Jr, Perpetuum mobile. Musikalischer Scherz, op.257Accelarationen. Valse op. 234Elektro-magnetische Polka, op.110Eduard Strauss, Mit dampf, Polka rapide, op.70Johann Strauss Jr, An der Elbe. Valse op.477Hans Christian Lumbye, Champagner-Galopp, op.14Johann Strauss Jr, Studenten-Polka. Polka française, op.263Johann Strauss sen., Freiheits-Marsch, op 226Johann Strauss Jr, Annen-Polka, op.117Wein, Weib un Gesang Valse, op.333Eduard Strauss, Mit Chic. Polka rapide, op.221Regardez la première partie du Concert du Nouvel An

Concert du Nouvel An au Musikverein de Vienne - Partie 1/2

Pour débuter 2015, savourez l'incontournable Concert du Nouvel An ! En direct puis replay pour 7 jours seulement !Le grand concert événement du Nouvel An avec l'Orchestre Philharmonique de Vienne, dirigé par le chef d’orchestre Zubin Mehta, sera retransmis en direct sur France 2 et diffusé à travers le monde pour une audience estimée à 50 millions de personnes dans près de 90 pays.Le Concert du nouvel an de l'Orchestre philharmonique de Vienne est un concert qui a lieu traditionnellement chaque année le matin du 1er janvier dans la Goldener Saal (Salle dorée) du Musikverein à Vienne. La musique qui y est jouée est principalement celle de la famille Strauss (Johann Strauss I, Johann Strauss II, Josef Strauss et Eduard Strauss).L'orchestre philharmonique de Vienne y interprètera les oeuvres les plus populaires de la musique de valses et d’opérettes de Johann Strauss entre autres. 1e PARTIE Franz von Suppé, ouverture Ein morgen, ein Mittag, ein Abend in WeinJohann Strauss Jr, Märchen aus dem Orient. Valse, op.444Joseph Strauss, Wiener Leben. Polka française, op. 218Eduard Strauss, Wo man lacht und lebt. Polka rapide, op.108Joseph Strauss, Dorfchawalben, aus Osterreich. Valse, op.164Johann Strauss Jr, Vom Domaustrande. Polka Rapide, op.356 2e PARTIEJohann Strauss Jr, Perpetuum mobile. Musikalischer Scherz, op.257Accelarationen. Valse op. 234Elektro-magnetische Polka, op.110Eduard Strauss, Mit dampf, Polka rapide, op.70Johann Strauss Jr, An der Elbe. Valse op.477Hans Christian Lumbye, Champagner-Galopp, op.14Johann Strauss Jr, Studenten-Polka. Polka française, op.263Johann Strauss sen., Freiheits-Marsch, op 226Johann Strauss Jr, Annen-Polka, op.117Wein, Weib un Gesang Valse, op.333Eduard Strauss, Mit Chic. Polka rapide, op.221Regardez la seconde partie du Concert du Nouvel An

Dona Francisquita d'Amadeo Vives au Capitole de Toulouse

Doña Francisquita est l’un des chefs-d’oeuvre de l’opérette espagnole, la zarzuelaVéritable vaudeville lyrique dans une mise en scène d'Emilio Sagi, un des plus grands spécialistes du genreLe Théâtre du Capitole de Toulouse rend hommage à l’Espagne toute proche Doña Francisquita est une comédie lyrique en trois actes créée le 17 octobre 1923 au Théâtre Apolo de Madrid. Au début des années 20, le succès de Doña Francisquita redonna vie au genre de la zarzuela dans toute l’Espagne. Compositeur élégant, écrivain cultivé, catalan vivant à Madrid, Amadeo Vives trouva son inspiration chez Lope de Vega, rendant ainsi hommage au théâtre du Siècle d’or espagnol. Voici les rues de Madrid, les églises et les théâtres, une marchande d’eau, un toréador et un soldat. Il flotte des parfums d’orange et de rose et l’on chante des romances et des boléros, le printemps et l’amour. Vives y fait une peinture de moeurs piquante, où hommes et femmes se retrouvent à parité dans la rouerie et la manipulation par les sentiments.Coproduction du Théâtre du Capitole avec le Teatro de la Zarzuela de Madrid et le Teatro Colón de Buenos Aires.

Paris en fête 2014

Sous la nef du Musée d’Orsay, France 3 et Culturebox proposent une soirée exceptionnelle présentée par Rolando VillazónPlaylist : revivez le meilleur de la soirée "Paris en Fête"Powered by DailymotionLe grand ténor franco-mexicain Rolando Villazón s'est mis sur son 31 pour jouer les guides pendant deux heures, et il compte bien vous emmener au cœur d'un voyage musical exceptionnel inspiré par la Ville de Paris.À cette occasion, de nombreux artistes fêtent Paris: Felicity Lott, Anne-Catherine Gillet, Magali Léger, Vannina Santoni, Julien Behr, Benjamin Bernheim, Vladimir Kapshuk, Nemanja Radulovic, les danseurs de la troupe du Paradis Latin, l'Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Mikko Franck, le Chœur et la Maîtrise de Radio France… tous sur leur 31 ! Ils interprètent les plus beaux airs du répertoire classique et des grandes chansons populaires inspirées par la ville. Valses, arias, chansons, cancans et  airs tzigane se succèderont et célèbreront la capitale française, grâce aux œuvres de Trenet, Offenbach, Waldteufel, Scotto, Massenet, Puccini, Lehar, Gounod, Gershwin et Verdi. Pour cet événement, la grande nef du musée d’Orsay a été entièrement aménagée, une scène a été créée sous l’immense verrière pour accueillir l’Orchestre Philharmonique de Radio France et des projections vidéos en mapping ont été conçues pour accompagner et évoquer le répertoire à thème de cette soirée de fête ! L’utilisation du mapping met en valeur la verrière mythique et l’architecture grandiose du musée, véritable écrin dédié à l’art. 

Katia Kabanova de Janáček par André Engel - Bouffes du Nord

L'opéra du Tchèque Janáček dans une version de chambre parfaitement adaptée au théâtre envoûtant des Bouffes du NordL'opéra est rendu ici dans une version très émouvante. L'oeuvre, transcrite pour piano à cette occasion, est interprétée par de jeunes chanteurs aux accents intenses. La proximité offerte par la scène des Bouffes du Nord accroît l’authenticité du chant, souvent à la limite du parlé-chanté. De jeunes chanteurs dirigés par André Engel Lors d'un atelier à la Fondation Royaumont avec des jeunes chanteurs lyriques, André Engel décide de revenir à Janáček avec Katia Kabonova, après sa mise en scène très remarquée de la Petite Renarde Rusée. Dans le rôle de l'héroïne éponyme, on trouve la soprano Kelly Hodson, entourée du baryton Jérôme Billy en Koudriac, amant de sa soeur, d'Elena Gabouri en Kabanicha, sa belle-mère, et de Paul Gaugler dans le rôle de son amant, Boris. La mise en scène sobre et symbolique d'André Engel met superbement en valeur les voix et interprétations très intimes des chanteurs, en leur épargnant toute surenchère. Les décors de Nicky Rieti et la lumière d’André Diot transforment la scène des Bouffes du Nord. Sur les bords de la Volga, l'histoire d'une jeune femme sensible éprise de liberté Le livret de cet opéra en trois actes est inspiré de la pièce L’Orage d’Alexandre Ostrovski. La jeune Katia est terriblement seule aux côtés de son mari âgé et ennuyeux et d'une belle-mère castratrice qui la déteste. Elle est amoureuse de Boris, un homme du coin, et nourrit au fond de son coeur un immense désir d’évasion. Alors que son mari s'absente pendant deux semaines, elle avoue son amour à Boris et rêve avec lui d'une vie libre et heureuse. Immédiatement rongée par la culpabilité, elle regrette son audace et avoue tout à son mari à son retour. L'orage éclate alors et l'étau se resserre... 

Mort à Venise de Benjamin Britten au Teatro Real de Madrid

Dernier opéra et testament de Benjamin Britten, donné au Teatro Real de Madrid dans une mise en scène de Willy DeckerLe dernier opéra de Benjamin Britten, un testament musical et spirituel Death in Venice (1973) a été composé trois ans avant sa mort par Benjamin Britten, compositeur, chef d'orchestre et musicien britannique. Il y aborde, au crépuscule de sa vie, de grandes questions existentielles et esthétiques, en faisant référence au dialogue socratique du Phèdre de Platon. Son personnage principal, l’écrivain Gustav von Aschenbach, conscient de vieillir et en panne d’inspiration, est confronté à Venise, au moment d’une épidémie de choléra, aux grandes interrogations qui l’ont hanté toute sa vie : la fascination pour la beauté absolue, le désir d’éternité et la contemplation de la mort. Et c’est un adolescent, Tadzio, qui lui renvoie les images de beauté et de perfection qu’il recherche, en même temps qu’il lui fait prendre conscience des sentiments troubles qui l’animent, jusqu’à ce qu’il en meure. La partition est d’une subtilité et d’une complexité peu communes.Un livret d’après la nouvelle "Der Tod in Venedig" de Thomas Mann On ne peut bien sûr évoquer la nouvelle de Thomas Mann sans penser au film de Visconti (1970), et l’on ne peut non plus voir l’opéra de Britten sans y faire, consciemment ou non, référence. Car les choix du film, faits de non-dits construits sur la musique de Mahler, se sont imprimés de façon indélébile dans notre inconscient collectif. Si l’oeuvre de Britten reste d’une grande originalité musicale, son livret suit de si près la nouvelle – et donc le même scénario – que seule la mise en scène peut lui donner la liberté nécessaire à une vraie distanciation par rapport au film. A ce titre, la production stylisée du metteur en scène allemand Willy Decker, présentée par le Teatro Real de Madrid, est tout aussi fidèle au caractère fascinant et ambigu de l’œuvre, qu’étonnante par sa scénographie, qui dépeint dans des tableaux saisissants les désirs et les rêves qui hantent le personnage principal.Un spectacle coproduit par le Teatro Real et le Gran Teatre del Liceu

L'Oratorio de Noël de Bach à l'Eglise Martinskirche

Polyvalent et éclectique, le Kammerorchester de Basel interprète les plus célèbres cantates de l'Oratorio de Noël.Savez-vous que la musique de « l’Oratorio de Noël » de Johann Sebastian Bach servait à l’origine à célébrer un évènement profane et pas à une fête religieuse ?En 1733, le cantor de la chorale de Thomas créait «Tönet, ihr Pauken! Erschallet, Trompeten!», une cantate de félicitations pour honorer l’anniversaire de Maria Josepha, Princesse Électrice de la Saxe. Mais la musique plaisait tellement au compositeur qu’il voulait l’utiliser pour une autre raison qu’un anniversaire profane. Bach modifia soigneusement sa composition, changea quelques parties du texte et de l’instrumentation.L’Orchestre de Chambre de Bâle invite avec son interprétation à une recherche historique. Sous la direction de son premier violon Julia Schröder, la formation de l’orchestre et de la chorale a souhaité être le plus fidèle possible à la première présentation de « l’Oratorio de Noël » de Johann Sebastian Bach à Leipzig. Oratorio de Noël BWV 248, Cantates I, II, V et VI

Daral Shaga de Fabrice Murgia au Théâtre du Maillon

Parce que nos villes regorgent de regards exilés à apaiser, parce que le cirque, art de l’obstination à l’extrême, gagne à poursuivre ses incursions sur de nouveaux territoires, parce que réunir auteur, compositeur, metteur en scène, acrobates, chanteurs, musiciens, nous donne l’audace d’avancer...Nous choisissons de forger l’utopie de Daral Shaga à plusieurs voix. Opéra, arts du cirque et théâtre-cinéma sont nos langages pour refléter la violence des maladies de l’exil, du passage de frontière et de la perte d’identité, avec, à coeur, la volonté de donner une véritable place à l’acte circassien.Cinq acrobates, trois chanteurs et trois musiciens forment ainsi le choeur-rumeur des immigrés, de ceux qui n’ont pas de place dans le monde moderne, ceux à qui on ne prête jamais la voix. Feria Musica, Laurent Gaudé, Kris Defoort, Fabrice Murgia et l’ensemble Silbersee s’inspirent des lambeaux de vie laissés à Melilla, Tijuana, Lampedusa, pour dessiner la figure d’un dieu des immigrés et entrevoir la possibilité de passer d’une rive à l’autre sans rien laisser derrière soi.

Gala du 10ème anniversaire de la Neemrana Music Foundation

La Neemrana Music Foundation fête ses dix ans ! Pour l’occasion, elle met en scène les extraits de neuf opéras mythiquesDepuis dix ans, la Neemrana Music Foundation s’applique à introduire l’opéra en Inde. Pour fêter son anniversaire, elle rejoue les extraits emblématiques de neuf des opéras qu'elle a produits. Au programme, des œuvres mythiques comme La Traviata de Verdi ou encore la Flûte enchantée de Mozart.Comment rendre accessible les opéras en Inde ? C’est ce à quoi répond depuis dix ans la Neemrana Music Foundation. La fondation forme, à l’aide d’ateliers et de master class, des jeunes musiciens qui, a l’issue de leur apprentissage, participent aux représentations. Pour célébrer une décennie d’activité, le Neemrana Music Foundation a vu les choses en grand avec un dispositif spectaculaire. Le gala met en scène neuf chanteurs solistes, tous formés par la Fondation Neemrana. Un choeur de soixante adultes et quarante enfants accompagne l’orchestre qui, sous la baguette de Claire Levacher, est composé de musiciens venus d’Inde et d’Europe - dont le soliste violoniste Svetlin Roussev. Pour parfaire le spectacle, quinze danseurs interprètent trois styles chorégraphiques : le kathak (danse traditionnelle indienne), le kalaripayattu (art martial indien), et la danse contemporaine. Au programme, une rétrospective de neuf opéras produits en Inde par la Fondation avec des extraits de mises en scène.Programme Première partie : Orfeo de Monteverdi
Prélude interprété par Serene Yoneko La Flûte enchantée de Mozart (Découvrez également l’oeuvre à l’Opéra de Lyon captée par Culturebox)Ouverture"Pamina et les trois esprits" interprété par Sunanda Rao, Priyanka Mukherjee, Sparsh Bajpai et Ramya Roy"Pa-Pa-Pa" interprété par Sparsh Bajpaid et Vikrant Subramanian Don Pasquale de Donizetti (Denis Podalydès a mis en scène le Don Pasquale de Gaetano Donizetti et c’est sur Culturebox)Chœur des domestiques"Cercherò lontana terra" interprété par Amar Muchhala La Traviata de Verdi"Brindisi" interprété par Sunanda Rao, Amar Muchhala et le chœurFinal interprété par Sunanda Rao, Amar Muchhala, Ramya Roy, Vikrant Subramanian et Edwin Joseph Le Fakir de Bénarès de Leo Manuel"L’Arrivée du Fakir au village" interprétée par Vikrant Subramanian, Sparsh Bajpai et le chœur. Chorégraphies : Malti Shyam et la troupe Samudra Deuxième partie : Carmen de Bizet"Fantaisie sur Carmen de Sarasate", interprétée au violon par Svetlin Roussev
"Chœur des gamins" interprété par le chœur des enfants"Habanera" interprété par Ramya Roy et le chœur Les Pêcheurs de Perles de Bizet"Au fond du temple saint" interprété par Amar Muchhala et Vikrant Subramanian"Dès que le soleil" interprété par le chœur. Chorégraphies : Troupes Samudra et Sadhya Roméo et Juliette de Gounod"Nuit d’Hyménée" interprétée par Aude Priya Wacziarg et Amar Muchhala."Valse de Juliette" interprétée par Aude Priya Wacziarg Si J’étais roi d'AdamOuverture. Chorégraphies : troupe Sadhya
"Chœur Bachique" interprété par Vikrant Subramanian et le chœur 

Golgota de Bartabas au Grand Théâtre de Lorient

Ce « mano a mano » accompagné de quatre chevaux s’effectue sur des œuvres liturgiques de Tomas Luis de Victoria.Après Entr’aperçu et Le Centaure et l’animal, Bartabas rejoint une nouvelle fois la scène de théâtre pour sa dernière création : Golgota, scène qu’il choisit de partager avec Andrés Marin, l’un des plus talentueux danseur de flamenco contemporain.Le spectacle (selon Pierre Notte / Théâtre du Rond-Point )Pionnier d'une expression inédite, Bartabas conjugue art équestre, musique, théâtre et danse. Il fonde en 1984 le théâtre équestre Zingaro puis, voilà tout juste dix ans, l’Académie équestre de Versailles pour laquelle il orchestre ces chants magnifiques à la gloire de l’Animal. Pour l’amour de ses chevaux, il construit l’extraordinaire vaisseau d’Aubervilliers, une nef de bois, un rêve et une folie, à la fois démesure et perfection.Opéra équestre, Chimère, Éclipse, Loungta, Triptyk, Battuta, Darshan, Calacas... Ses créations, chefs d’œuvre avec chevaux, témoignent d’une quête incessante, jalonnée d’interrogations mystiques.Bartabas crée régulièrement pour les théâtres des oeuvres plus intimistes basées sur des rencontres rares, comme Le Centaure et l’Animal avec Ko Murobushi au Théâtre national de Chaillot. Il initie alors des propositions plus audacieuses, parfois plus personnelles, dont il se fait l'auteur et l'interprète.Bartabas choisit de partager cette nouvelle aventure avec Andrés Marín, le plus talentueux des étoiles du flamenco contemporain. Chorégraphe, danseur, créateur des pièces Mas alla del tiempo, Asimetrias ou El cielo de tu boca, Andrés Marín fonde sa propre compagnie en 2002, et voyage depuis à travers le monde. Ensemble, ils choisissent les effluves mystiques des oeuvres liturgiques de Tomás Luis de Victoria pour ouvrir des voies nouvelles dans leurs disciplines respectives « à la recherche, dit Bartabas, d'une musique silencieuse ». 
plus de vidéos
Abonnez-vous à nos newsletters !
Pour ne rien rater de vos programmes préférés, de l'actualité nationale, régionale, sportive...
Télécharger l'application France tv