c dans l'air

inscrivez-vous pour visionner cette vidéo et profiter de l'expérience france.tv

s'inscrire / se connecter

C dans l'air
Budget : les retraités, grands perdants ?

diffusé le lun. 27.08.18 à 17h50
magazines d'actu | 67min | tous publics

Le gouvernement a tranché : pour boucler son budget 2019, présenté à l'automne, il va geler certaines prestations sociales et les pensions de retraite. Les tempes grises, au même titre que les familles modestes et les bénéficiaires des aides au logement, devront donc se serrer la ceinture ces prochains mois. Dans le JDD ce week-end, Edouard Philippe a en effet prévenu que les APL, les allocations familiales et les pensions de retraite « progresseront de façon plus modérée, de 0,3 % par an en 2019 et 2020 ».

 

 

Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Selon la règle appliquée habituellement, les retraités auraient dû bénéficier d’une revalorisation proche du taux de l’inflation autour de 2,3 % cette année, un chiffre beaucoup plus important que la dernière revalorisation (+ 0,8 % au 1er octobre 2017). Suite à cette annonce, ils devront donc se satisfaire de 0,3 %.

 

 

Pour une retraite de 1 000 euros, cela représentera 3 euros de plus par mois. Loin de combler l’envolée des prix depuis un an. Pour faire ces arbitrages budgétaires, le gouvernement a fait le choix d’une politique « qui privilégie la rémunération de l’activité et qui rompt avec l’augmentation indifférenciée des allocations », a fait valoir le locataire de Matignon. Mais à peine annoncée, cette désindexation fait hurler dans les rangs de l’opposition.

 

 

« Désindexation des retraites combinée à hausse de la CSG = 578 euros de perte de pouvoir d’achat par an pour un retraité qui a 1300 euros de retraite par mois » a réagi sur twitter la présidente du groupe de la Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale Valérie Rabault. « Il est temps de dire (à Emmanuel Macron) que les Français n’en peuvent plus et sont en colère » a lancé pour sa part Laurent Wauquiez, le président des Républicains (LR), lors de son discours de rentrée en Haute-Loire. Jean-Luc Mélenchon, de son côté, a dénoncé une « saignée ».

 

 

Répondant aux nombreuses critiques, le ministre de l’économie Bruno le Maire a assuré ce lundi matin sur RTL qu’« aucune prestation sociale ne sera réduite. [Les retraités] ne seront pas perdants, leur pension de retraite sera revalorisée moins vite mais elle continuera à être revalorisée ».

 

 

« Nous augmentons très modérément, c'est vrai, les retraites mais par ailleurs nous supprimons de la fiscalité pour les retraités. Les retraités français vont bénéficier de la baisse de la taxe d'habitation, ils ont donc une augmentation de pouvoir d'achat », a précisé ce matin le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, sur BFM.

 

 

Invités :

 

Yves THRÉARD, directeur adjoint de la rédaction du Figaro

 

Philippe DESSERTINE, économiste, directeur de l’Institut de Haute Finance

 

Fanny GUINOCHET, journaliste à l’Opinion, spécialiste des questions économiques et sociales

 

Bernard SANANÈS, politologue – Président de l’institut de sondages ELABE

du même programme

Macron

C dans l'air
Macron et l'emploi

5J

à voir aussi

Les gens des Hauts
L'Oise normande

+30J
+30J