Corée, G7 : les coups de poker de Trump - C dans l'air

inscrivez-vous pour visionner cette vidéo et profiter de l'expérience france.tv

s'inscrire / se connecter

C dans l'air
G7, Corée : les coups de poker de Trump

diffusé le lun. 11.06.18 à 17h50
magazines d'actu | 64min | tous publics
Donald Trump et Kim Jong-un sont arrivés à Singapour dimanche soir pour un sommet historique. D’abord annoncée puis annulée, cette rencontre inédite entre les deux chefs d’Etat aura finalement lieu demain. Au programme des discussions : la dénucléarisation de la Corée du Nord, la fin de la guerre entre les deux Corée et l’ouverture des relations diplomatiques, après plusieurs mois d’incertitude et d’escalade verbale. Ce face-à-face doit relancer le processus de négociations, mais son issue est encore incertaine. Donald Trump et Kim Jong-un parviendront-ils à trouver un accord ?
 
 
Alors qu’il venait de quitter le sommet du G7 pour rejoindre Singapour, Donald Trump a brusquement changé d’avis dans l’avion, en retirant son soutien au communiqué final sur le commerce. Un accord trouvé au terme de longues tractations, dans un contexte de tensions et de désaccords entre les Etats-Unis et les six autres Etats membres (Canada, France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie et Japon). Sur Twitter, Donald Trump a vivement critiqué les « fausses informations » du Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui avait jugé les nouveaux droits de douanes imposés par les Etats-Unis « presque insultants ». Une volte-face qui achève l’entente fragile du G7 à l’issue du sommet et fait craindre une guerre commerciale avec l’Amérique.
 
 
Ce renversement de situation illustre une nouvelle fois la politique unilatérale de Donald Trump, fidèle à sa promesse de campagne : « l’Amérique d’abord ». Contesté par les dirigeants à l’international, le président américain règne presque en maître dans son pays. Avec un taux de chômage au plus bas depuis 18 ans (3,8%) et de nombreuses créations d’emplois, l’économie des Etats-Unis se porte bien, ce qui profite à Donald Trump. Face aux accusations qui le visent dans l’affaire d’ingérence russe, il a proclamé « le droit absolu » de pouvoir s’auto-gracier, même s’il estime ne pas en avoir besoin. Une annonce qui a suscité de vives réactions, même au sein de son propre camp. Malgré tout, l’opposition politique à Donald Trump reste faible et aucune personnalité ne parvient encore à émerger depuis Hillary Clinton.
 
 
Le sommet historique entre Donald Trump et Kim Jong-un aboutira-t-il à un accord ? Quelles sont les conséquences du retrait brutal des Etats-Unis de l’accord du G7 ? Donald Trump peut-il continuer à mener sa politique unilatérale sans opposition ?
 
 
Invités :
 
 
- François Clemenceau, rédacteur en chef international au Journal du Dimanche 
 
 
- Thomas Snegaroff, historien, spécialiste des Etats-Unis
 
 
- Pascal Boniface, directeur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques
 
 
- Nicole Bacharan, historienne et politologue spécialiste des Etats-Unis

du même programme

à voir aussi

+30J