c dans l'air

inscrivez-vous pour visionner cette vidéo et profiter de l'expérience france.tv

s'inscrire / se connecter

C dans l'air
Les syndicats en défense, Pepy à l'attaque

diffusé le sam. 12.05.18 à 17h50
magazines d'actu | 70min | tous publics

A la veille d’une dix-huitième journée de grève depuis le mois d’avril, les syndicats de la SNCF veulent « frapper un grand coup » contre la réforme ferroviaire. L’occasion d’afficher l’unité des cheminots, alors que la moitié du planning de grèves sur trois mois s’est écoulée et que la mobilisation faiblit dans les rangs. A partir de lundi, chaque agent de la SNCF est appelé à se prononcer sur la réforme lors d’une « vot’action » : un vote sans valeur juridique pour donner la parole aux salariés grâce à des urnes itinérantes et valoriser le poids de l’opposition. Un autre temps fort est également prévu lundi avec « l’objectif zéro train » dans toutes les gares. Les syndicats espèrent atteindre un taux de grévistes « jamais égalé » pour maintenir la pression sur le gouvernement.

 

Cette nouvelle journée de grève s’annonce difficile pour les usagers qui doivent s’adapter à la circulation aléatoire des trains. La colère continue de monter et les disparités augmentent sur le territoire, où le trafic a notamment du mal à reprendre dans les petites villes, peu desservies par la SNCF habituellement. A Oyonnax (en Auvergne-Rhône-Alpes) par exemple, aucun train n’a circulé du 3 au 21 avril. Pour apaiser la situation, la SNCF se lance dans une opération de reconquête de sa clientèle, agacée par cette grève permanente : 3 millions de billets seront vendus à 40€ ou moins durant le mois de mai et certaines cartes de réduction passeront à 29€.

 

Chez Air France, l’heure est également aux discussions pour trouver une issue au conflit social. Après la démission de son directeur, Jean-Marc Janaillac, la compagnie doit élire rapidement un successeur. Face à l’échec du dernier référendum interne sur une éventuelle sortie de crise, des salariés ont constitué un collectif indépendant, « Tous Air France », pour reprendre le dialogue social. L’objectif : proposer une troisième voie et servir de médiateur entre la direction et les syndicats, qui ne voient pas cette initiative d’un bon œil.

 

Après plusieurs semaines de grèves, le salariés vont-ils mettre fin aux blocages ? Entre les exigences de la direction et les revendications des syndicats, peut-on sortir des conflits sociaux ? Les Français soutiennent-ils encore ces mouvements de grève permanents ?

 

 

Invités :

 

- Pascal Perri - Economiste Cabinet PNC Economic, auteur de « SNCF, un scandale français »

 

- Christophe Barbier - Editorialiste à L’Express 

 

- Gilles Dansart - Journaliste, directeur de Mobilettre 

 

- Stéphanie Matteudi - Directrice d'Art du dialogue social (ADDS)

du même programme

vous aimerez aussi

à voir aussi