disponible +30 jours

Télématin
Expo - L'art sur le champs de courses

diffusé le mer. 20.06.18 à 8h21
vie pratique | 5min | tous publics

Chroniqueuse : Béatrice Benoit-Gonin

 

 

Jusqu’au 14 octobre 2018, le domaine de Chantilly accueille la première exposition consacrée à la naissance et au développement, entre l’Angleterre et la France, de ce thème emblématique de la modernité.

 

Environ soixante-dix œuvres (peintures, dessins, sculptures, photographies et films) illustreront ce propos, de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle. L’exposition s’articule autour de trois artistes majeurs : George Stubbs, Théodore Géricault et Edgar Degas.

 

Le parcours s’ouvre sur un peintre majeur pourtant méconnu en France, George Stubbs (1724-1806). Auteur de dessins anatomiques (Royal Academy, Londres) qui révolutionnent la représentation du cheval, il donne au « sporting art » ses premiers grands chefs-d’œuvre. Ses portraits de chevaux et ses scènes de galop constituent le point de départ éloquent du parcours.

 

L’influence du sporting art anglais sur les peintres français

L’exposition se poursuit par les travaux de Théodore Géricault (1791-1824), peintre français et cavalier. Formé à Londres, il ramène en France une tradition de peinture encore inconnue et incarnée notamment dans le majestueux Derby d’Epsom, prêt exceptionnel du musée du Louvre. La vingtaine d’œuvres de l’artiste, réunies pour l’occasion, constituent une véritable plongée dans la peinture au tournant des années 1830, entre France et Angleterre.

 

La troisième partie de cette exposition s’articule autour d’Edgar Degas (1834-1917), un peintre soucieux du monde qui l’entoure et qui se passionne pour les courses comme motif artistique. Il en fait ainsi le sujet de nombreux dessins, sculptures et tableaux.

 

Dans son sillage, les œuvres d’Edouard Manet, Gustave Moreau, Ernest Meissonier, Paul Dubois ou encore Henri de Toulouse-Lautrec complètent ce panorama.

 

L’exposition se clôt sur un espace baigné de blanc, où l’image s’anime enfin. Le mouvement du cheval accompagne la naissance du cinéma, tant l’étude de ce galop nécessite une innovation et une rapidité jamais atteintes.

 

Cette réunion inédite d’artistes et d’œuvres autour de la thématique de la peinture du cheval de courses bénéficie de prêts exceptionnels (musée du Louvre, musée d’Orsay, Bibliothèque nationale de France, Cinémathèque Française, Royal Academy…).

 

 

Salle du Jeu de Paume du Domaine de Chantilly

 

60500 Chantilly

 

www.domainedechantilly.com/fr/

 

@chantillydomain

 

du même programme

+30j
+30j
+30j

Télématin
Mots - Livres

à voir aussi