disponible +30 jours

Télématin
Musiques - Le cinéma vu avec les oreilles

diffusé le mer. 30.05.18 à 8h41
vie pratique | 6min | tous publics

Chroniqueur : Alex Jaffray

 

 

Célébrons la musique de cinéma, avec de foisonnantes rééditions en vinyle de quelques-unes des plus grandes BO de cinéma : Les partitions de George Delerue, Goran Bregovic ou encore les inoubliables envolées de John Williams (« E.T. », « Indiana Jones »).

 

Et on commence par la réédition en vinyle d'un album solaire, la partition du Mépris de Jean-Luc Godard sorti en 1963 et signée Georges Delerue. Le célèbre « thème de Camille » a presque occulté le reste de la partition d'autant plus que Godard l'a exploité dans le film jusqu'à saturation, pour évoquer l'usure du couple et le ressassement. Scorsese le reprendra dans Casino et Delerue, comme pour l'exorciser, l'utilisera à nouveau dans « L'Important c'est d'aimer », de Zulawski. Georges Delerue fait le pont entre la Nouvelle Vague (Truffaut, Godard) et les films populaires de Philippe de Broca (« L’Homme de Rio », 1964) et Gérard Oury (« Le Corniaud », 1965). Il aborde tous les genres : la comédie, le film policier (« Cent mille dollard au soleil » de Henri Verneuil, 1964), le film historique (« Dien Bien Phu » de Pierre Schoendoerffer, 1992)… C'est aux Etats-Unis qu'il finit sa carrière auprès de Oliver Stone (« Platoon », 1986) puis Bruce Beresford (« Rich in Love », 1992).

 

Continuons avec un hommage rendu à John Williams, l’homme le plus nominé de la planète aux Oscars : 50 nominations en tout (Walt Disney ex aequo). Il est reparti avec la très convoitée statuette plaquée or pour la bande originale du tout premier « Star Wars : La guerre des étoiles » sorti en 1977. Et également pour « Un violon sur le toit »" (1971) et pour trois films de Steven Spielberg : « Les dents de la mer » (1976), « E.T. l'extra-terrestre » (1982) et « La liste de Schindler » (1993). Pour ses 60 ans de carrière dans le cinéma - le London Symphony Orchestra réenregistre ses bandes originales les plus iconiques dont « Star Wars », « Jurassic Park », « E.T. », pour ne citer qu’eux. Extrait de la bande originale d’« E.T. » sortie en 1982. L’album comprend également une version unique de la Liste de Schindler pour violoncelle.

 

On termine avec les rééditions des partitions de Goran Bregovic, le Nino Rota yougoslave, fidèle partenaire musical des aventures cinématographiques d’Emir Kusturica. Il a signé quelques-unes des plus belles bandes originales du réalisateur serbe aujourd’hui rééditées en vinyle : « Le temps des gitans » (1988) « Underground » (1995) et puis l’immense partition d’ »Arizona Dream » en 1993, avec Faye Dunaway et Johnny Depp, qui décroche un triomphe mondial et un hit international avec le tube « In the Deathcar » chanté par Iggy Pop.

 

du même programme

+30j

à voir aussi