inscrivez-vous pour visionner cette vidéo et profiter de l'expérience france.tv

s'inscrire / se connecter

disponible +30 jours

Télématin
Expo - Géométrie amoureuse d’Othoniel

diffusé le mer. 19.07.17 à 6h36
vie pratique | 6min | tous publics

Chroniqueuse : Béatrice Benoit-Gonin

 

 

Le Centre régional d’Art Contemporain Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, à Sète et le Carré Sainte-Anne, espace d’art contemporain de la ville de Montpellier présentent deux expositions monographiques simultanées consacrées à Jean-Michel Othoniel.

 

 

Sous le titre unique de « Géométries Amoureuses » ce double évènement présente plusieurs facettes du travail de l’artiste à travers une soixantaine de sculptures, une dizaine de peintures et plus d’une centaine d’œuvres sur papier. Le titre réuni à lui seul les dualités qui caractérisent le travail d’Othoniel : sensualité et rigueur, caché et révélé, blessure et beauté.

 

 

Le Centre régional d’Art Contemporain à Sète – ancienne friche industrielle réhabilitée en centre d’art et le Carré Sainte-Anne, espace d’art contemporain de la Ville de Montpellier – offrent leurs espaces pour faire résonner de manière exceptionnelle l’œuvre de l’artiste, avec le caractère spécifique et le charme de chaque lieu.

 

 

Le CRAC à Sète présente une exposition composée d’œuvres inédites et monumentales. Inspirée par les formes de la nature, elle propose un parcours proche d’une architecture radicale, monochrome et abstraite. Ces nouvelles œuvres de verre, de miroir, de métal, d’encre ou d’obsidienne, montrent l’évolution du travail de l’artiste depuis sa rétrospective au Centre Pompidou en 2011.

 

 

Au rez-de-chaussée, l’exposition s’ouvre sur une colossale vague de six mètres de haut et 15 mètres de long, composée de plus de 10 000 briques de verre noir. Spécialement conçue pour le lieu, cette œuvre fait écho à la première photographie réalisée à Sète en 1857 par Gustave Le Gray et intitulée « La Grande vague ». Dans les salles suivantes, le visiteur découvrira pour la première fois de mystérieuses météorites en obsidienne – pierre noire issue de la lave des volcans – ainsi qu’une série d’œuvres inédites, réalisées sur toile et intitulées « Black Lotus » qui entourent des sculptures éponymes. Les dernières salles de l’exposition témoignent de la violence des éléments figurée par une série de gigantesques tornades d’acier suspendues dans l’espace, et d’une fleur, The Wild Pansy, grand nœud en perles de verre colorées, hommage à la liberté de penser.

 

 

Au premier étage, 100 dessins, comme un grand carnet de voyage réalisé entre 1996 et 2017, dévoilent le cheminement de la pensée de l’artiste et la genèse de nombreuses de ses œuvres. L’artiste produit avec ce projet un ensemble d’œuvres s’inscrivant dans une relation forte à Sète et à l’architecture du centre d’art.

 

Commissariat : Noëlle Tissier

Le Carré Sainte-Anne de la Ville de Montpellier présente une cinquantaine d’œuvres de Jean-Michel Othoniel, issues de sa collection personnelle. Pour Othoniel, se collectionner soi-même correspond à un désir de se soustraire au monde, décider de montrer au public sa propre collection de soi fait partie de l’ambivalence des sentiments que l’artiste place au cœur de son travail. Les œuvres exposées, chères à l’artiste, sont conservées par ses soins depuis les années 90, période à partir de laquelle il commence à s’intéresser au verre. Elles sont rassemblées dans une installation imaginée spécialement pour ce lieu. Au centre du Carré Sainte-Anne, l’artiste a choisi de présenter Le Contrepet, l’œuvre fondatrice de cette passion, réalisée en 1992. Organisée autour de ce fragment de corps en obsidienne, l’installation témoigne des moments clés du parcours d’Othoniel.

 

 

Du Collier Cicatrice en verre rouge de Murano, aux fruits défendus du jardin de Peggy Guggenheim à Venise, en passant par les Bannières de son exposition à la fondation Cartier et « La Géométrie Amoureuse » de la salle Mésopotamienne du musée du Louvre, ces œuvres historiques sont suspendues, flottant au-dessus d’un parterre de briques bleues réalisées avec les verriers indiens de Firozabad. L’exposition propose de faire partager l’intimité que l’artiste entretient avec ses créations. Il dévoile pourquoi il a désiré garder précieusement ces œuvres tout au long de ces quinze dernières années.

 

 

Jean-Michel Othoniel, né à Saint-Étienne en 1964, vit et travaille aujourd’hui à Paris. Commençant sa carrière à la fin des années 1980 avec des œuvres en cire ou en soufre, l’introduction du verre dans sa démarche artistique au début des années 1990, marque un tournant et devient sa signature. Ses œuvres en soufre présentées dans les années 1988 à la Villa Saint Clair à Sète et à la documenta de Cassel en 1992, l’installation dans les jardins de la Villa Médicis de Rome, puis dans ceux de la collection Guggenheim à Venise ou encore son travail autour de la station de métro du Palais Royal à Paris et en 2015 dans les bassins du Château de Versailles, font de Jean-Michel Othoniel un artiste de premier rang. En parallèle, plusieurs expositions de grande envergure ont rythmé son parcours, « Crystal Palace » à la Fondation Cartier en 2003, ou encore la rétrospective « My Way » qui voyagea au Plateau / Samsung Museum of Art en 2011, ou au Brooklyn Museum de New York, en 2012. Avec cette double exposition, Jean-Michel Othoniel montre son attachement profond qui le lie à la région Occitanie depuis ses débuts de jeune artiste.

 

Centre Régional d'Art Contemporain Languedoc-Roussillon

26 quai Aspirant Herber

34 200 Sète

http://crac.languedocroussillon.fr/

Jusqu’au 24 Septembre 2017.

 

Carré Sainte Anne

Musée d'Art Contemporain

2 rue Philippy

34 000 Montpellier

http://www.montpellier.fr

Jusqu’au 24 Septembre 2017

@montpellier_

 

 

du même programme

vous aimerez aussi

à voir aussi